Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Parcours de santé | 13/06/2014

Addictions : des partenariats à redessiner

par David Picot

Médecins, chercheurs, universitaires, psychologues, travailleurs sociaux, infirmiers, institutionnels… un millier de professionnels du secteur sanitaire et social ont participé aux 4èmes Journées nationales de la Fédération Addiction les 12 et 13 juin à Nantes. Objectif : redessiner les contours du partenariat entre tous ces acteurs, incités à travailler main dans la main. Mots d’ordre : coordination et complémentarité.

« De la guerre à la drogue à la régulation des addictions. Travailler et agir ensemble » : le thème de ces Journées de la Fédération addiction a interpellé bon nombre de participants sondés jeudi 12 juin dernier, dans les allées de la Cité des Congrès de Nantes. « Mais nous travaillons ensemble depuis longtemps… », s’interrogeaient certains. « Cela fait dix ans qu’on nous répète ce message ! »

A y regarder de plus près, ces journées étaient surtout l’occasion d’un appel, à renforcer et à adapter les partenariats. Déléguée générale de la Fédération Addiction, Nathalie Latour confirme que « nous n’allons pas réinventer la poudre. Il s’agit de déployer le partenariat d’une façon qui s’adapte à l’évolution de la société ». Au changement de profil des usagers bien sûr mais pas seulement. « Au milieu des années 70, il y a eu un fort mouvement vers une prise en charge en institutions spécialisées. Depuis le début 2000, sous l’impulsion des lois sur les droits de malades, le mouvement s’est inversé. L’accompagnement tend à sortir des établissements afin que les professionnels rencontrent les usagers là où ils se trouvent. ».

A la recherche de la meilleure coordination

L’enjeu est désormais de « conceptualiser ces bouleversements », poursuit Nathalie Latour. Pas une mince affaire dans la mesure où les besoins des usagers relèvent de sphères aussi différentes que la santé, le médico-social ou les municipalités.

« La coordination des parcours est donc au cœur des enjeux », insiste Eric Pliez, directeur général de l’association Aurore et président du Samu social de Paris. Cela peut passer par la création de nouveaux métiers comme celui de coordinateur du parcours de l’usager – une expérimentation en ce sens est conduite au Casa 65, à Tarbes – ou de nouvelles modalités d’accompagnement – avec par exemple l’émergence des médiateurs pairs.

Responsable de la Chaire de santé de Sciences Po et codirecteur de l’Institut Droit et Santé de l’université Paris-Descartes, Didier Tabuteau plaide pour une « approche systémique ». Peut-être à l’image du Québec « où la responsabilité des centres de traitements (des addictions, NDR) est donnée au secteur social et non aux médecins », précise Michel Landry, du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal. Ou encore de la Belgique, avec son Etat social actif, « qui vise à rendre les usagers plus actifs et plus responsables de leur parcours de soins », souligne le philosophe Alain Loute.

A la recherche de son modèle, la France va aussi avoir besoin d’études scientifiques. « Il existe de nombreuses expérimentations dans notre pays mais nous manquons cruellement de travaux susceptibles de les objectiver », déplore Natalie Latour. C’est pourtant un point essentiel pour motiver les acteurs à travailler en complémentarité. De façon, « à parvenir à l’harmonie, dans la convivialité », à l’image de ce groupe de jazz sur la belle affiche de ces Journées.

Thème abordé

Le contenu de cet article est temporairement déverrouillé

publier un commentaire

Réagissez à cet article

  1. intéressant , mais nous ne sommes héla pas au Québec! et chacun ici fait de belles déclarations dans des colloques, puis rien en terme d’échanges avec d’autres métiers et professionnels ; reste le jazz , mais comme disait ZAPPA « il commence à sentir ! » bonne continuation

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>