La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

LUTTE CONTRE L'EXCLUSION | 03/02/2009
La Fondation Abbé-Pierre dénonce une crise du logement en France «sans précédent»
par Stéphanie Lampert

Le 3 février 2009, la Fondation abbé Pierre sur le mal-logement a publié son rapport sur le mal logement en France. 3,5 millions de personnes connaissent une «problématique forte» de mal-logement.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Quelles solutions pour lutter contre le mal-logement ?

voir le sommaire

Les chiffres circulaient depuis quelques semaines dans le monde associatif. La publication, le 3 février, du rapport 2009 de la Fondation abbé Pierre sur le mal-logement, les a malheureusement confirmés. Actuellement, en France, 3,5 millions de personnes connaissent une «problématique forte» de mal-logement. Si l’on y ajoute les 6,5 millions d’autres en «réelle fragilité» à court ou moyen terme (problèmes d’impayés, surpeuplement des logements, copropriétés dégradées, hébergement chez des tiers), la barre symbolique des 10 millions de personnes est franchie.

«L’insuffisance de la construction pendant un quart de siècle, conjuguée à une flambée des prix de l’immobilier au cours des dix dernières années, a conduit à une crise du logement sans précédent», analyse la Fondation abbé Pierre, qui distingue de «nouvelles dimensions» à cette crise, «plus difficiles à quantifier».

Les chiffres clés du rapport 2009

Une mobilité ralentie

Aux difficultés d’accès au logement, qui touchent désormais aussi de nombreux ménages des classes moyennes, viennent en effet s’ajouter des problèmes de maintien dans le parc locatif, dus à l’augmentation des dépenses de loyer et de charges. Selon le rapport, plus d’un million de locataires sont actuellement en situation d’impayés, et le nombre d’expulsions connaît une hausse «continue et spectaculaire» (+ 30% par rapport à 2001).

La crise du logement se traduit également, de plus en plus, par un ralentissement de la mobilité résidentielle, en particulier dans le parc social, où le taux de mobilité, qui s’élevait à 12,4% en 1998, est retombé, depuis, sous la barre des 10% (9,9% en 2007). Ce dernier aspect explique en partie la diminution de l’offre de logements sociaux disponibles. En 2007, seuls 427.000 logements HLM ont ainsi pu être attribués, alors que plus de deux millions de demandes ont été formulées.

Des dépenses en recul

«Dans ce contexte inquiétant, certaines problématiques deviennent plus alarmantes encore», souligne le rapport, qui insiste notamment sur le «retour de la précarité» en matière de logement des personnes âgées et sur la «pénible dérive» des quartiers de banlieues, marqués par la dégradation générale des conditions d’habitat et «l’assignation à résidence».

Malgré l’ampleur des besoins, la part des dépenses est «à son niveau le plus bas depuis trente ans» Pour la Fondation abbé Pierre, l’explication de la situation actuelle se trouve notamment dans la baisse de la part des dépenses engagées ces dernières années par la collectivité publique en faveur du logement. Malgré l’ampleur des besoins, celle-ci se situe désormais «à son niveau le plus bas depuis trente ans», dénonce le rapport, qui préconise un ensemble de mesures pour sortir de l’ornière.

Comme l’an dernier, la Fondation abbé Pierre propose ainsi d’imposer dans tout programme immobilier de plus de dix logements un quota minimum de 20% de logements à loyers accessibles et de mobiliser rapidement 100.000 logements dans le parc privé pour y loger des personnes très modestes. Elle souhaite également que les opérations de renouvellement urbain «ne réduisent pas l’offre de logements accessibles et permettent d’atteindre l’ambition initiale de diversification de l’habitat».

Approfondir le sujet

Consultez notre dossier "L'essentiel sur le mal-logement"

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>