Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

VIEILLISSEMENT | 02/04/2015

Bien vieillir : à Limonest, les aînés ont la parole… et l’action

par Caroline Guignot

Pour travailler de façon globale sur l’adaptation au vieillissement, Limonest, dans la communauté urbaine de Lyon, s’est appuyée sur la parole des aînés.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Loi vieillissement : une tentative d’adapter la société au grand âge

voir le sommaire

Avec 19% de plus de 60 ans en 2009 et 23% prévus en 2020, Limonest (Rhône) a voulu dès 2010 disposer d’un état des lieux, décrit par les plus de 65 ans eux-mêmes. La municipalité leur a donc soumis un questionnaire transversal sur les logements, les espaces extérieurs, les transports, la vie sociale, la santé…

Leurs attentes ont servi de base de travail. « Nous avons créé un conseil des aînés rassemblant une vingtaine de personnes, qui a travaillé avec nous à un plan d’action », explique Florence Durantet, adjointe au maire, en charge de l’action sociale et vice-présidente du CCAS. Premières réalisations : les aménagements urbains. « Il fallait faciliter la mobilité : nous avons élargi les trottoirs, installé des bancs, inauguré un plateau traversant et une zone 30… »

En matière de logement, la commune a travaillé avec l’Opac sur un projet de résidence de vingt-trois logements sociaux en centre village, dont dix-sept spécialement adaptés aux personnes âgées et/ou handicapées. À proximité, s’implantera prochainement un pôle de santé regroupant les professionnels installés pour l’heure dans des locaux peu accessibles aux personnes en perte d’autonomie.

Groupe intergénérationnel

« L’isolement est apparu comme une préoccupation majeure des seniors », explique l’adjointe. La mairie a donc créé un groupe intergénérationnel qui rassemble, autour du conseil des aînés pérennisé, écoles, club du troisième âge, associations, conservatoire… Pour que tous se connaissent et créent des liens. Et le projet a pris : « ces acteurs coconstruisent maintenant des projets en dehors de notre intervention ». Concerts hors les murs, rencontres entre seniors autonomes et résidents d’Ehpad, repas intergénérationnel… Un covoiturage est organisé pour favoriser les déplacements dans le cadre de Voisin-âge, une initiative des Petits Frères des Pauvres qui met en lien volontaires « visiteurs » et volontaires « visités ».

« Un tel projet demande d’abord la conviction du maire, mais aussi celle des différentes commissions municipales », reconnaît Florence Durantet. Il y a donc un travail de fond à conduire avec chaque commission concernée. « Il faut convaincre que dans leur grande majorité, ces projets ont un intérêt plus large que le seul public âgé. » Et démontrer que tout n’est pas question de moyens, mais parfois de temps. De la même façon, il faut aussi convaincre les acteurs de terrain. « Nous avons travaillé sans difficulté avec l’Opac ou avec les transports lyonnais pour prolonger une ligne de bus traversant Limonest. La priorisation des projets et la mobilisation des acteurs sont moins difficiles à notre échelle qu’à celle d’une grande ville », ajoute-t-elle.

Maintenant que l’étape d’appropriation locale est passée, vient le temps des actions concertées. « Nous commençons à travailler en intercommunalité avec des communes voisines ». Il y a aussi la proximité avec Lyon, adhérente au réseau des Villes amies des aînés : « pour l’heure chacun a travaillé à son propre projet, mais nous devrions mettre en place des actions communes prochainement », précise l’adjointe au maire de Limonest.

 

« Autonom@dom aide à mobiliser les acteurs de terrain »

Éric Rumeau, directeur de la santé et de l’autonomie, maison de l’autonomie à Grenoble

Autonom@dom (1) est une plateforme accessible aux seniors et à leurs aidants qui vise à favoriser l’autonomie et le maintien à domicile : elle propose et coordonne un bouquet de services sanitaires et médicosociaux – offre humaine et technique –, et en facilite l’utilisation. Il s’agit aussi de prévenir les risques de « glissement », grâce aux intervenants à domicile faisant office de référent sentinelle. Elle ne remplace pas le travail de structures territoriales qui assurent des missions similaires, mais cherche au contraire à les y inclure en mobilisant les acteurs de terrain – structures sanitaires, médicosociales, entreprises, financeurs… Ce travail est d’ailleurs facilité par la préexistence d’initiatives décloisonnées sur le territoire. Le programme débute en juin sur quatre territoires (rural, urbain, semi-urbain, montagne) et sera évalué par une étude de cohorte médico-économique sur les publics actifs, fragiles et dépendants. À terme, son ambition est nationale.

Note (01)

Retenu dans le cadre de l’appel à projets e-santé 2012 - Retourner au texte

Références

Limonest a suivi la méthodologie de travail Ville amie des aînés, initiée par l’OMS. Elle assure par ailleurs le secrétariat général du Réseau francophone des villes amies des aînés (RFVAA), qui favorise l’échange et le partage de bonnes pratiques en matière de réponse au vieillissement de la société. Elle est la plus petite commune francophone à y avoir adhéré. Elle a obtenu le label ministériel « Bien vieillir, vivre ensemble » en 2010.

Approfondir le sujet

Lire notre dossier

Sommaire du dossier

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>