La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

[Vu d'ailleurs] Roms | 03/06/2016
L’Espagne veut changer les mentalités
par Christelle Destombes
drapeau_espagnol © Contando Estrelas-Flickr

En Espagne, la Fundación Secretariado Gitano œuvre pour l’insertion professionnelle des Roms. L’accent est particulièrement mis sur l’employabilité et la lutte contre la déscolarisation.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Roms : l’accueil en échec

voir le sommaire

Les Roms espagnols vivent de façon « plus inclusive » en Espagne qu’en France en raison de politiques d’intégration menées dès la transition démocratique (début des années 1980) afin de faciliter l’accès à l’éducation, à l’emploi, aux services de santé et aux logements.

Cette politique, valorisée par la Commission européenne, est également soutenue financièrement : ainsi, la Fundación Secretariado Gitano (FSG, qui emploie 550 personnes) tire 45 % de son budget des Fonds sociaux européens.

Employabilité des Roms

La FSG a commencé à offrir dès les années 1980, sous forme associative, un soutien aux groupes locaux, faisant du travail partenarial un de ses axes forts. En 1990, elle s’inscrit dans les politiques de lutte contre l’exclusion de l’Union européenne, pour qu’elles servent également la communauté Rom.

Dès 1998, elle met en place le programme « Acceder », qui permet de rapprocher les personnes du marché du travail en améliorant leur qualification. « Les niveaux d’employabilité des Roms espagnols étaient très bas. Nous avons changé les mentalités : traditionnellement, les gitans travaillaient sur les marchés. Nous avons négocié avec les entreprises pour connaître leurs besoins en main-d’œuvre. Si elles avaient besoin de cinq personnes, nous en formions dix, placées dans les entreprises pour une période de ‘‘stage’’. À la fin, l’entreprise garde les meilleurs. C’est une situation win win : ils ont besoin des salariés, nous payons la formation », explique Gonzalo ­Montaño.

Depuis quinze ans, 82 000 personnes ont bénéficié du programme, 58 000 contrats ont été signés, près de 20 000 entreprises ont joué le jeu, notamment des PME.

Accès à l’éducation

Un autre programme phare concerne l’accès à l’éducation, pour empêcher l’abandon de l’école après l’école primaire.

Une étude menée par FSG montre qu’à partir de 12 ans, la déscolarisation est cinq fois plus importante chez les élèves gitans que dans le reste de la population.

Lancé en 2008, Promociona se déploie aujourd’hui dans trente-huit villes de treize communautés autonomes, et lie les différents éléments impliqués dans la réussite scolaire : parents, qui doivent prendre conscience de l’importance de l’éducation, professeurs sensibilisés aux situations sociales des familles, et jeunes ados, notamment les filles, considérées en âge de se marier vers 14 ans.

Depuis 2009, 524 élèves ont obtenu l’équivalent du brevet des collèges. En 2014, 41 étudiants ont participé à des sessions de « mentoring », une activité au sein des entreprises, pour aider à la motivation et à l’orientation, et 73 710 euros ont été investis pour que 370 jeunes accèdent au Bac ou aux études universitaires.

DRGonzalo Montaño, département international, sous-direction générale de la défense des droits à la Fundación Secretariado Gitano

« Nous avons un problème de volonté à tous les niveaux »

« Les Roms d’Europe de l’Est vivent aujourd’hui la situation que les Roms espagnols ont vécue avant la démocratie : ils sont relégués dans des bidonvilles, ils n’ont pas de papier, pas de couverture santé, ne vont pas chez les médecins, etc. Avec la crise, la situation s’est dégradée : 54 % vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté, contre 26 % en 2009.
Pour améliorer leur situation, le facteur clé c’est de lutter contre la ségrégation et de permettre l’accès au droit commun.
Dans le sud de l’Espagne, certains Roms espagnols sont insérés depuis des siècles. C’est un exemple d’intégration réussie.
À partir de 2011, la Commission européenne a fait en sorte que chaque État établisse une stratégie nationale d’inclusion des Roms. Le cadre politique est donc précis, il y a des moyens dédiés, mais nous avons un problème de volonté, à tous les niveaux, qui empêche l’amélioration de la situation sur le terrain. »


Chiffres Clés

  • 46 millions d’habitants (population totale, 2010).
  • Entre 650 000 et 800 000 Roms, soit 1,57 % de la population totale.
  • 310 programmes soutenus par la Fundación Secretariado Gitano.
  • 76 villes, auxquels ont participé 106 401 personnes, en 2014.
  • 3 202 personnes ont accédé à l'emploi grâce au programme « Acceder » pour l’insertion dans l’emploi, 4 213 ont été formées en 2014.
  • 88 % des élèves suivis en primaire continuent leurs études dans le secondaire grâce au programme Promociona.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>