La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Numérique | 22/07/2016
Des ateliers « démarches administratives » numériques
par Nathalie Levray
Démarches_administratives_numériques-UNE © Momius-Fotolia.com

La ville de Bondy propose une politique transversale de lutte contre la fracture numérique en lien avec le centre social et des lieux publics disséminés dans la ville.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Numérique : vers une action sociale 2.0

voir le sommaire

Le centre social – municipal – Georges-Brassens de Bondy (Seine-Saint-Denis) (1) propose depuis plusieurs années un atelier informatique avec deux formateurs à une cinquantaine d’adhérents par an. « En 2015, on s’est aperçu que la liste d’attente était de plus en plus longue et que le besoin, de plus en plus fort, était mal satisfait », explique Rachid Kaddour, coordinateur du secteur « Adultes-insertion ». La faute à la multiplication du nombre des démarches administratives en ligne et au besoin de maîtriser l’informatique notamment pour chercher un emploi. « Notre personnel, à l’accueil ou lors des permanences du centre, est sollicité pour aider à se connecter et à faire des démarches sur les sites Ameli, Pôle emploi, CAF ou préfecture. La moitié des inscrits sont des seniors. Les gens ont compris qu’ils doivent utiliser internet. »

Bagage numérique

« Notre mission est de lutter contre la fracture numérique et de favoriser l’accès aux droits et à l’autonomie des personnes », indique le directeur du centre, Pierre Vergnolle.

Des réflexions, une visite à La Goutte-d’Ordinateur, un espace public numérique (EPN) dans le 18e arrondissement de Paris, des tâtonnements, des contents et des déçus ont débouché sur une nouvelle organisation.

Depuis janvier 2016, l’atelier est proposé à la carte, des modules de trois heures, trois jours par semaine. Dom, qui anime l’atelier du matin, confirme : « l’atelier démarches administratives fait le plein à chaque fois ». Le parcours propose d’acquérir un bagage numérique minimum : ouvrir une boîte email, gérer un e-mail, être capable de naviguer sur les sites des organismes publics. « Ce n’est pas facile, les personnes oublient leurs codes d’accès ou ne savent pas lire », témoigne Ferhart, l’animateur du soir.

Un accès en libre-service est également ouvert tous les jours, mais « les stagiaires ont peur de faire des bêtises tout seuls et sous-utilisent ce service », constate Dom. D’autres préfèrent ne pas apprendre.

Écrivains publics numériques

En parallèle du développement de ces ateliers, le centre social a ouvert un espace confidentiel « dématérialisation », animé par un bénévole. Ceux que l’e-administration désarçonne trouvent là l’accompagnement nécessaire.

Depuis octobre 2015, ce service supplée officiellement aux agents de la CAF et désengorge ses guichets. Les demandes simples y sont traitées : un changement d’adresse, l’arrivée d’un bébé ou le besoin d’une attestation. « Les réticences sont grandes, que ce soit pour confier ses codes confidentiels ou tout simplement être sur la toile », explique Ferhart. « On rend ce service, mais on doit montrer aux personnes qu’on ne garde aucun code, expliquer qu’on se déconnecte, etc. » Tous sont conscients de la question déontologique. « C’est ça ou on ne fait rien, il faudrait des écrivains publics numériques… », soupire Rachid Kaddour.

© Maurice PartoucheJoël Houssin, conseiller municipal délégué à la cohésion sociale et Marie-Joséphine Missiamenou, conseillère municipale déléguée au développement du numérique

« Dans nos quartiers, l’accès au droit passe par la médiation et l’écoute »

« La résorption de la fracture numérique à Bondy s’inscrit dans une politique transversale qui concerne la rénovation urbaine, la vie associative et les politiques éducatives et socioculturelles. La quasi-totalité des 6 500 logements en quartiers prioritaires est raccordée à la fibre optique, mais la fracture numérique concerne davantage les usages. Plus de 720 Bondynois, dont 500 adultes, suivent des ateliers collectifs ou sont accompagnés individuellement dans diverses structures locales.
La e-administration constitue un risque de marginalisation accrue pour les personnes éloignées de la langue française et/ou des nouvelles technologies.
La dématérialisation, inévitable, doit s’accompagner d’un plan de médiation numérique. Elle ne doit pas être non plus l’alpha et l’omega. L’an passé, nous avons mené un combat politique fort pour le maintien de notre centre de sécurité sociale. Dans nos quartiers populaires, l’accès au droit passe aussi par la médiation et l’écoute. »

Note (01)

Contact : centre socioculturel Georges-Brassens, 01 71 86 64 95. - Retourner au texte


Chiffres Clés

  • 9e plus grande ville du département de la Seine-Saint-Denis.
  • 52 787 habitants (19 158 ménages en 2012) dont 16,5 % ont plus de 60 ans et 31,5 % sont non diplômés.
  • 29 % de taux de pauvreté.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>