La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Santé | 25/11/2016
Face aux inégalités de santé, ce sont aux élus de s’y coller
par Laure Martin
consultation-medecins-UNE © Rogerphoto-Fotolia

Quel est le rôle des acteurs locaux face aux inégalités territoriales de santé ? Le Collège des économistes de la santé s’est intéressé à cette problématique lors de sa 10e matinée organisé le 17 novembre. Face à un système de santé aujourd’hui très centralisé – 77 % des dépenses de santé sont prises en charge par l’assurance maladie – la réponse ne peut pas être autre chose qu’une mobilisation coordonnée des acteurs, élus et professionnels, dans un cadre territorial, avec un diagnostic partagé, une gestion de projets et une identification des points sur lesquels les acteurs pourront travailler ensemble.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Loi Santé : une nouvelle vision de notre système de soins

voir le sommaire

Face à l’organisation des soins sur le territoire et la lutte contre les inégalités territoriales de santé, le rôle des acteurs locaux et des collectivités territoriales est devenu primordiale.

Mais les différents échelons géographiques – agences régionales de santé, conseils départementaux, communes – rendent parfois difficile la coordination entre les acteurs de santé et médicosociaux alors que le virage ambulatoire s’accélère.

« Le système de santé est très centralisé avec 77 % des dépenses qui sont prises en charge par l’Assurance maladie obligatoire. Pourtant, pour les soins, le pilotage se fait au niveau régional », a rappelé Thomas Barnay, professeur à l’université Paris-Est Créteil, lors de cette matinée.

Et pour le médicosocial, c’est au niveau départemental que les décisions se prennent et que le pilotage s’effectue. Difficile alors de jongler entre toutes ces strates pour résoudre ces inégalités sociales et territoriales qui s’accroissent.

Renforcer les soins de premier secours

« Cet état de fait interpelle les responsables de la régulation car cela peut être vu comme un échec cinglant des politiques de santé publique qui ont pour mission d’assurer un accès à la santé de la population », a soutenu Christophe Lannelongue, directeur général de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. D’autant plus que le système de santé est financé par l’impôt.

Et d’ajouter : « dans ce type de système, il y a une iniquité criante à faire payer des citoyens qui ne retrouvent pas, au niveau des services de santé, la contrepartie obligatoire aux cotisations très lourdes ». Il lui paraît donc fondamental de renforcer ce qui a été « traditionnellement carencé en France », c’est-à-dire les soins de premier recours. « Le médecin traitant et son équipe doivent avoir des relations proches, il faut promouvoir le travail en équipe au plus près du patient. »

Une mobilisation coordonnée des acteurs, élus et professionnels

La seule possibilité d’agir efficacement repose, d’après le DG de l’ARS, sur la mise en place d’un partenariat territorial entre les élus et les acteurs du système de santé de proximité. En Bourgogne-Franche-Comté par exemple, le territoire a été divisé en trente-huit zones de 30 000 à 100 000 habitants et « dans chacune d’elles, nous avons cherché à susciter la mobilisation des acteurs avec les contrats locaux de santé (CLS) ». Vingt-deux CLS ont été conclus.

« La réponse ne peut pas être autre chose qu’une mobilisation coordonnée des acteurs, élus et professionnels, dans un cadre territorial, avec un diagnostic partagé, une gestion de projets et une identification des points sur lesquels nous pouvons travailler tous ensemble », a-t-il affirmé.

Absence de régulation des professionnels de santé

Le Dr Laurent El Ghozi, président de l’association Élus, santé publique et territoire (ESPT) et élu à la mairie de Nanterre (Haut-de-Seine) est même plus catégorique : « notre conviction au sein de l’association, c’est que face aux inégalités de santé, ce sont aux élus de s’y coller. Nous ne devons pas compter sur les professionnels de santé sinon ils l’auraient fait depuis longtemps ».

Il considère d’ailleurs que l’une des principales causes de ces inégalités territoriales de santé est l’absence de régulation des professionnels de santé. Comment agir ? Il faut déjà comprendre les inégalités avec un diagnostic local, « c’est le premier acte des ateliers santé-ville. Il faut aller voir au plus près pour ensuite élaborer des actions ciblées », souligne-t-il.

Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>