La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Santé | 20/03/2017

Le numérique rend les patients « acteurs » de leur santé

par Laure Martin
soins-numériques-UNE © Chombosan-Fotolia

L’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médicosociaux a organisé le 15 mars à Paris, sa cinquième journée sur le numérique en santé. L’occasion de faire le point sur l’apport du numérique dans l’organisation des parcours de santé des patients à l’heure du vieillissement de la population et de l’explosion des maladies chroniques. Les outils permettent ainsi de créer du lien entre les acteurs du soin, de sécuriser les données, d’étendre leur accessibilité, directement au bénéfice du patient pour une meilleure prise en charge.

« Notre journée s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale du développement de la e-santé. Nous avons la conviction que les leviers du numérique sont un outil majeur pour assurer la fluidification des parcours de santé des personnes », a lancé en guide d’introduction Sophie Martinon, directrice générale de l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médicosociaux (Anap).

Les pouvoirs publics soutiennent le développement du numérique dans le cadre de cette médecine de parcours.

Améliorer la coordination entre la ville, l’hôpital, le social, le médicosocial et le sanitaire

D’ailleurs, aux deux programmes numériques « Territoire de soins numérique » et « Hôpital numérique », vont se succéder deux nouveaux programmes, « e-parcours » et « e-hôp 2.0 » dotés d’un budget total de 550 millions d’euros, permettant la généralisation des actions à l’ensemble du territoire sur cinq ans.

Avec le numérique, l’enjeu est de dépasser le cloisonnement entre les différents secteurs de prise en charge des patients afin d’améliorer la coordination entre la ville, l’hôpital, le social, le médicosocial et le sanitaire.

« Le patient passe d’une équipe de prise en charge à une autre, il est en local alors que les équipes sont en global. On a donc besoin du numérique pour lier les acteurs autour du patient car ils ne sont pas en contact au même moment. Le numérique est au cœur de cette transformation », a souligné Anne-Marie Armanteras de Saxcé, directrice générale à la direction générale de l’offre de soins (DGOS).

Rompre l’isolement que connaissent les professionnels de santé et les patients

Le numérique va ainsi être au service des acteurs du soin et des aidants pour permettre un travail en collaboration afin de construire le parcours patient dans la durée via l’historisation des données, leur sécurisation, leur fiabilité et leur accessibilité en tout lieu et en tout temps.

Dans ce cheminement, des outils comme le dossier médical partagé – qui peut être créé par les Ehpad mais qui n’est accessible qu’aux professionnels de santé – en cours d’expérimentation par l’Assurance maladie ou la messagerie sécurisée, sont indispensables et facilitants.

Le numérique permet aussi l’amélioration de l’accès aux soins avec la télémédecine qui « rompt l’isolement que connaissent certains professionnels de santé et patients », a expliqué Marie-Anne Jacquet, sous-directrice du pilotage de la performance des acteurs de l’offre de soins à la DGOS.

Les expérimentations avec la téléconsultation, la télésurveillance et la télé-expertise agissent dans ce sens. Cette meilleure information des acteurs influe directement sur le maintien à domicile du patient et favorise les sorties d’hospitalisations plus rapides. Le numérique est d’ailleurs aussi au service des patients et les rend acteurs de leur santé.

C’est le cas par exemple avec le développement des applications mobiles, des objets connectés, des jeux « sérieux » avec le e-learning, qui interviennent dans les champs de l’éducation thérapeutique et de la prévention.

Pas de solutions numériques sans innovations organisationnelles

« Il faut cependant qu’il y ait une évolution majeure des stratégies organisationnelles et une prise de conscience du changement des pratiques, a soutenu Michel Gagneux, directeur de l’Asip Santé. Ce changement est d’abord culturel. » « Il n’y a pas d’innovations ou de solutions numériques sans innovations organisationnelles. C’est ce qui a été voulu avec le programme Territoire de soins numérique : cinq territoires pilotes pour trouver des solutions organisationnelles innovantes. Cela a servi de préalable aux plateformes territoriales d’appui (PTA) », confirme Marie-Anne Jacquet.

L’Asip santé a d’ailleurs pour mission d’accompagner le changement et de favoriser les usages ainsi que l’appropriation du numérique.

Thème abordé

Le contenu de cet article est temporairement déverrouillé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>