La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Éducation | 13/04/2017
Les activités périscolaires en mal d’encadrement
par Stéphane Menu
élève-école-UNE © ArtisticCaptures / iStockphoto.com

La pérennisation du décret assouplissant les taux d’encadrement des activités périscolaires désespère les syndicats. En grève à trois reprises depuis le début de l’année scolaire, ils ne veulent plus être considérés comme des « pseudo-garderies ». Mais le coût est tel pour les communes que le gouvernement ne veut pas se mettre à dos les maires à l'approche des élections. La formation des animateurs attendra.

Email Email

Ce n’est pas dans leurs habitudes. « Une question d’éthique, de déontologie professionnelle. Notre place, elle est face aux gamins, pas à battre le pavé », assure Marie Baggio, secrétaire générale adjointe du SEP (Syndicat d’éducation populaire)-Unsa.Pourtant, à trois reprises depuis la rentrée scolaire (5 et 19 septembre, 13 octobre), les animateurs, tous syndicats confondus, se sont retrouvés derrière les banderoles. Ils réclament le retour aux taux d’encadrement des temps d’activités périscolaires (TAP) de un pour dix enfants de moins de 6 ans et de un pour quatorze enfants pour les plus de 6 ans ; ils sont aujourd’hui de un pour quatorze pour les moins de 6 ans et de un pour dix-huit enfants pour les plus de 6 ans.Passage en forceArrivant à expiration le 2 août 2016, le décret 2013-707 du 2 août 2013 assouplissant à titre expérimental les taux d’encadrement des TAP devait faire l’objet de négociations entre les syndicats et le …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>