Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Enfance | 01/06/2017

Terra Nova propose des clés pour renouveler la politique de la petite enfance

par Michèle Foin
crèche-UNE © Patryssia-Fotolia

Dans un rapport rendu public le 31 mai 2017, Terra Nova propose au nouveau gouvernement des clés pour renouveler la politique de la petite enfance. Au programme : un meilleur accès des enfants défavorisés à l’accueil collectif, une meilleure qualité éducative des crèches, et un effort financier ciblé sur l’égalité des chances.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Accueil des tout-petits et inégalités sociales

voir le sommaire

Terra Nova a décidé de battre le fer quand il était chaud. La ministre de la Santé est à peine installée depuis deux semaines, qu’elle vient de recevoir sur son bureau les préconisations du think tank progressiste sur l’accueil de la petite enfance. Un sujet très peu développé durant la campagne présidentielle.

« Notre rapport est résolument tourné vers l’État dans un moment où se fixe l’agenda du nouvel exécutif », a reconnu Thierry Pech, directeur général de Terra Nova, le 31 mai 2017, lors de la présentation de ses recommandations.

L’égalité des chances se joue avant la maternelle

Intitulé « Investissons dans la petite enfance. L’égalité des chances se joue avant la maternelle », ce rapport de 54 pages entend donner les clés d’une politique qui fasse toute sa place à la qualité éducative, dès le plus jeune âge, pour les enfants défavorisés.

Les auteurs (1) insistent sur l’importance de lutter très tôt contre l’inégalité des chances. « Les inégalités observées dès l’âge de 3 ans expliquent sans doute une large part des inégalités de réussite scolaire et de diplôme entre les enfants issus de familles favorisées et défavorisées », indiquent-ils.

Ainsi, le nombre de mots prononcés par un enfant à 3 ans se trouve fortement corrélé avec son niveau d’orthographe en CE2, de même que le niveau de lecture à 6 ans est très prédictif de son niveau en compréhension écrite, vocabulaire et culture générale à 17 ans.

Divers programmes nord-américains, comme Carolina Abecedarian, qui stimule les enfants dès leur plus jeune âge, ont fait leurs preuves Outre-Atlantique en matière de « réduction des risques sociaux ».

Les auteurs insistent aussi sur l’importance du soutien à la parentalité pour renforcer la relation parent-enfant, les stratégies visant un accompagnement individuel lors de visites à domicile, ou dans un lieu d’accueil des parents, ayant de bien meilleurs résultats scientifiques qu’un accompagnement collectif.

Un meilleur contenu éducatif dans les crèches

Reconnaissant la générosité de la politique française d’accueil du jeune enfant, avec aujourd’hui 56 places d’accueil pour 100 enfants de moins de 3 ans, la fondation encourage l’État à améliorer la qualité du contenu éducatif des crèches, à l’image du programme « Parler Bambin » qui met l’accent sur la stimulation du langage. Initié à Grenoble dans les années 2000, il a depuis été déployé dans de nombreuses villes (Lille, le Have, Rennes…) et fait l’objet d’une évaluation d’impact par l’école d’économie de Paris et le Laboratoire dynamique du langage de l’université de Lyon.

Certes, admettent les auteurs, le rapport Giampino a replacé la qualité de l’accueil au cœur des débats nationaux, et le gouvernement précédent s’est saisi du chantier de la formation initiale des professionnels. Mais cela ne suffit pas. « Il faut aussi et surtout encourager les crèches à une amélioration en continu de la qualité de leur accueil et des pratiques de leurs professionnels », préconise Terra Nova qui insiste sur l’utilisation « d’instruments de mesure partagés de la qualité ».

Un fonds pour la qualité de l’accueil

La fondation recommande la création par la Cnaf d’un « Fonds national pour la qualité de l’accueil en crèche », qui permettrait de financer ces démarches qualité.

Dans les pas de Sylviane Giampino, Terra Nova souligne l’intérêt pour l’État d’encourager la recherche-action dans le domaine de la petite enfance, à l’instar des « What works centers » qui synthétisent les résultats des évaluations scientifiques dans des formats accessibles aux professionnels de terrain pour que la recherche éclaire leurs pratiques, et financent de nouvelles évaluations scientifiques. Un budget que les auteurs estiment à terme de 10 à 20 millions d’euros par an.

Lutter contre les inégalités d’accès

Si la France offre de nombreux modes d’accueil, les inégalités sociales et territoriales d’accès à cet accueil sont criantes. En 2013, les enfants des familles les plus pauvres ont 5% de chances d’avoir une place en crèche, contre 22 % pour les enfants des parents les plus aisés, représentant un écart de 1 à 4,4.

Les auteurs pointent du doigt l’opacité des procédures d’admission en crèche, et la tendance des gestionnaires à favoriser les enfants dont les deux parents travaillent.

Le taux de couverture des modes de garde « formel » varie également très fortement d’un département à l’autre. D’après les derniers chiffres de l’Observatoire national de la petite enfance, en 2014, il oscille entre 10 places pour 100 enfants en Guyane à 89 places pour 100 enfants en Haute-Loire.

40 000 places sur les territoires prioritaires

Pour remédier à cela, Terra Nova propose des mesures radicales. Plutôt que d’annoncer, comme les gouvernements précédents, un nombre de places très élevé sur tout le territoire, les auteurs proposent de fixer comme cible principale pour le nouveau quinquennat la création de 40 000 nouvelles places de crèches d’ici à 2022, dans les départements ruraux sous-dotés et les quartiers politique de la ville.

Une aide supplémentaire pour les places créées dans ces territoires garantirait aux communes « un reste-à-charge quasi-nul », de 5 % au lieu des 20 % actuels. Cet effort accru doit porter sur les coûts de fonctionnement et non seulement sur l’investissement. Une mesure que les auteurs ont chiffré à hauteur de 90 millions par an en 2022.

« Seul l’objectif d’égalité des chances justifie un tel effort financier de l’État, insistent les auteurs. Cet effort de solidarité nationale se justifie pleinement s’il vise à offrir des chances de réussite fortement accrues aux enfants des familles modeste ».

Imposer des règles transparentes

Terra Nova propose de rendre légalement obligatoire pour toutes les crèches la publication des règles d’attribution des places. Elle encourage l’utilisation d’un système de points qui permet une meilleure équité d’accès en pondérant plus ou moins certains critères sociaux. Les aides de la Caf seraient conditionnées à la transparence de ces règles d’attribution.

Note (01)

Florent de Bodman, de l’Agence nouvelle des solidarités actives, Clément de Chaisemartin, économiste à l’université de Californie, Romain Dugravier, pédopsychiatre, et Marc Gurgand, économiste et directeur de recherche CNRS à l’école d’économie de Paris - Retourner au texte

Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>