La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Protection sociale | 08/06/2017
L’investissement social est surtout l’apanage des pays nordiques
par Nathalie Levray
Europe-UNE © Julien_Eichinger-Fotolia.com

L’investissement social se décline avec différents contenus, objectifs et modalités selon les pays. Au Nord, il s’agit de combiner protection et promotion sociale.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Protection sociale : l’action sociale réduite à un marché ?

voir le sommaire

Il n’existe pas une, mais des stratégies d’investissement social en Europe. Dans les pays du Sud, l’État parie sur le familialisme et ses solidarités privées.

En Europe continentale, ­l’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas ne développent aucune stratégie globale, mais agissent « par petites touches sur l’enfance ou la formation professionnelle », note Bruno Palier, directeur de recherche à Sciences Po.

Le besoin d’une relance de la fécondité en Allemagne a par exemple conduit à favoriser les créations de crèches. « L’investissement social n’a là aucun but égalitaire et risque de creuser l’écart entre personnes qualifiées et non qualifiées », explique le chercheur.

Inégalités de revenus

Au Royaume-Uni, les gouvernements Blair ou Gordon ont préconisé l’investissement social « sans se préoccuper de la qualité des emplois ou du bien-être des personnes », poursuit-il.

Cette version a substitué des dépenses actives aux dépenses passives, en exigeant des efforts concrets de retour à l’emploi – même mal payé – de la part des bénéficiaires.

Cette politique d’activation des chômeurs a abouti à supprimer toutes les aides à ceux qui étaient les plus éloignés de l’emploi. La pauvreté n’a donc pas baissé et les inégalités de revenus ont continué d’augmenter.

Promotion sociale

L’investissement social appartient au modèle des pays nordiques où, comme en France, les dépenses publiques et sociales sont les plus élevées au monde.

Dès les années 1930, leurs politiques sociales se fondent sur un socle développé autour, d’une part, du bien-être de la famille et d’une plus grande égalité entre citoyens et, d’autre part, d’un facteur productif, comptant une main-d’œuvre qualifiée adaptée aux besoins de l’entreprise. Ce qui se traduit par l’application de principes fondamentaux : une place en crèche pour chaque enfant, une école de la réussite pour tous, la formation tout au long de la vie et une organisation du travail qui concilie vie professionnelle et vie personnelle.

Effets productifs

« La stratégie scandinave insiste sur les effets productifs des droits sociaux de la citoyenneté sociale », analyse Nathalie Morel. Il s’agit de « combiner politiques de protection sociale et politiques de promotion sociale ».

Et de fait, ces pays connaissent un faible taux de chômage et une haute qualité des emplois, une bonne croissance économique et un endettement réduit. Les niveaux d’inégalité danois et suédois restent toujours les plus bas du monde

© Serge-CanasseBruno Palier, directeur de recherche du CNRS, Sciences Po

« La décentralisation conduit au chevauchement des dispositifs, ce qui accroît les difficultés »

« La France n’est pas rétive à l’investissement social mais sa stratégie ne constitue pas une politique globale avec des droits sociaux et économiques garantis pour tous. De ce fait, l’investissement social relève de choix d’entreprises, de municipalités ou de fonds d’action sociale et ne profite qu’à ceux qui ont déjà, en creusant davantage les écarts, comme en Allemagne ou au Royaume-Uni. Ensuite, la décentralisation conduit au chevauchement des dispositifs, ce qui accroît les difficultés à appliquer une telle stratégie. Par ailleurs, l’investissement social suppose un changement de culture, pour aller vers les services et non plus seulement les prestations en espèces, versées à ceux qui ont payé des cotisations. Il fait passer à une logique de parcours de vie et d’accompagnement décloisonné. Les freins à ces mutations conduisent en France à un investissement social, ni égalitaire ni systématique, où la réponse sociale reste cantonnée aux marges de la protection sociale. »


Chiffres Clés

Population européenne : 743 millions dans 28 pays.

Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>