La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Éducation | 11/10/2017
Vers un service public territorial et global de la coéducation pendant les temps libres des enfants et des jeunes ?
par Frédéric Jésu
enfant-école-UNE © BillionPhotos.com-Fotolia

La réforme des temps éducatifs et scolaires et la quasi-généralisation des PEDT ont rendu plus visibles les inégalités (sociales, économiques, territoriales, culturelles, sexuelles) des enfants et des jeunes devant les temps libres relevant de l’éducation non formelle et de l’éducation familiale, tout en cherchant à les réduire par la progressive amélioration quantitative et qualitative des activités dites "périscolaires" et "extrascolaires". Pour anciennes qu’elles soient, ces inégalités risquent plus que jamais d’aggraver ou du moins de se cumuler avec celles qui caractérisent déjà, on le sait, l’éducation et les parcours scolaires. Pour relever globalement ces défis, il importe de prendre en considération non seulement les besoins spécifiques mais aussi les droits et l’intérêt supérieur de chaque enfant et de tous les enfants à l’échelle de leurs territoires de vie et d’apprentissage. La référence aux droits des enfants – à l’instruction, à des loisirs de qualité et à la reconnaissance de l’importance de l’éducation familiale – ne conduit-elle pas aujourd’hui à inventer et définir le périmètre, les contenus, le cofinancement et la gouvernance participative (impliquant les parents, mais aussi les enfants et les jeunes eux-mêmes) d’un service public territorial de la coéducation pendant les temps libres qui serait étroitement articulé, sans y être inféodé, avec celui de l’Éducation nationale ?

Email Email

Une question préalable s’impose : les « acteurs et actrices du PEdT » représentent-ils à ce jour l’ensemble des acteurs de l’éducation ?Si on se place du point de vue des enfants (qui ne sont pas seulement des « fils ou filles de », des « élèves de » ou des « inscrits à »), la réponse est plutôt négative dès lors que l’on considère l’ensemble des espaces-temps qu’ils traversent du matin au soir, du lundi au dimanche, de janvier à décembre et de zéro à 18 ans.Mais le fait est que nombre des projets éducatifs locaux (PEL) initiés depuis près de vingt ans par certaines villes pilotes, et surtout des PEdT institués par la loi du 8 juillet 2013 « d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République » (et dont, grâce à elle, près de 31.000 communes se sont désormais dotées), n’intègrent pas l’ensemble de ces espaces-temps parce qu’ils restent souvent « primaro-scolaro-centrés ». C’est-à-dire focalisés sur les seuls …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>