La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

[Vu d’ailleurs] Aidants | 16/10/2017
Aidants : la Suède mise sur la flexibilité
par Audrey Minart
Suède-Suédois-UNE © Antony_McAulay-Fotolia

Si les disparités sont fortes en Europe, certains pays nordiques, dont la Suède, se distinguent par l’existence d’une multiplicité de dispositifs, et notamment en matière d’emploi.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Proches aidants : le long chemin vers la reconnaissance

voir le sommaire

Ils seraient 100 millions d’« aidants informels » en Europe, à en croire Eurocarers, réseau qui regroupe 70 organisations d’aidants basées en Europe. Ce chiffre repose sur des évaluations informelles réalisées par des universitaires, mais serait très probablement bien en deçà de la réalité, sous-estimée par certains pays. En effet, si dans les pays scandinaves, et aux Pays-Bas notamment, l’aide « informelle » est considérée comme complémentaire à l’aide professionnelle, d’autres pays, notamment au sud de l’Europe, ont tendance à considérer cette fonction comme relevant davantage du privé et de la solidarité intergénérationnelle (1). Ce qui explique que la population des aidants y soit encore très souvent invisible socialement.

Primauté du local

Eurocarers vient justement de réaliser un tableau récapitulatif qui témoigne bien de ces divergences. Les aidants ne sont formellement reconnus qu’en France, en Allemagne, en Finlande, en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas, en Autriche, en Belgique, au Luxembourg, au Royaume-Uni et en Irlande.

Et si l’on retrouve un peu partout la possibilité de prendre un congé spécifique, les politiques nationales d’aide aux aidants sont rares. Les dispositifs, quand ils existent, se déclinent en effet davantage aux niveaux locaux et/ou régionaux, par exemple en matière de groupes d’entraide et de dispositifs de droit au répit. Autre dispositif : la comptabilisation de droits à la retraite, que l’on retrouve notamment en Autriche, en Allemagne, au ­Danemark, en ­Finlande, en Irlande, en Italie, ou encore au Luxembourg.

En Suède, les dispositifs sont multiples. Non seulement la politique d’aide aux personnes âgées en perte d’autonomie existe depuis la fin des années 1960 facilitant l’accès aux services professionnels, mais surtout les politiques liées à l’emploi ont permis une certaine flexibilité de l’aménagement du temps et des conditions de travail.

Congé rémunéré

Les aidants en emploi peuvent par exemple bénéficier d’un congé rémunéré à hauteur de 80 % en cas d’aide à un proche en fin de vie, tout en obtenant un maintien de leurs droits sociaux et une garantie de retour en emploi. Autre dispositif, même s’il est peu utilisé : la possibilité, pour les salariés, de se mettre en indisponibilité pendant 100 jours.

Les aidants sont par ailleurs incités à recourir à des consultations médicales pour surveiller leur état de santé. Dans les services sociaux, des personnes référentes sont habilitées à proposer des solutions aux aidants, et parfois un soutien psychologique.

Même si l’accès aux services a été réduit ces dernières années, une loi de 2009 a obligé les municipalités à proposer des services individualisés aux personnes malades et aux aidants, telles que des accès au répit. Revers de la médaille : cette organisation implique désormais certaines disparités sur le territoire.

« C’est tout un écosystème qui permet de soutenir les aidants » – Claire Champeix, chef de projet chez Eurocarers

« Les meilleurs élèves sont les pays nordiques où les aidants sont officiellement reconnus, et peuvent bénéficier d’un congé rémunéré. On y retrouve également un très bon système de soins longue durée, et un véritable soutien aux aidants. Il y a aussi d’intéressantes approches au Royaume-Uni et en particulier en Écosse et en Irlande, avec un droit à un congé rémunéré, mais aussi tout un système de soutien fondé sur des organisations d’aidants très développées, des ONG, qui défendent leurs droits et proposent des services de soutien, des formations, un accompagnement et des espaces d’entraide. Les proches aidants sont très souvent à la recherche d’informations médicales précises. C’est pour cela que nous avons mis en ligne une plateforme européenne d’informations, et contribué à proposer une formation accessible en ligne pour les aidants de personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer. À chaque fois c’est tout un écosystème qui permet de soutenir les aidants dans leur tâche. »

Note (01)

Cf. « Comment pérenniser une ressource en voie de raréfaction ? Enseignements d’une comparaison des politiques d’aide aux aidants des personnes âgées dépendantes en Europe », Michel Naiditch, Questions d’économie de la santé, Irdes, 2012. - Retourner au texte


Chiffres Clés

  • Population : 10 millions en 2017, dont 20 % de personnes de plus de 65 ans.
  • PIB par habitant : 50 273 $ en 2015.
  • Espérance de vie : 81,96 ans (2014).
  • Taux de médecins en exercice : 3,926 pour 1 000 en 2011.
  • Taux de la population couverte par l’assurance maladie publique : 100 % pour la couverture de base, le régime est de type universel.
  • Part des plus de 80 ans en 2017 : 4,9 %. En 2050 : 8,9 %.
Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>