La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

SOCIAL | 03/05/2013
Plan de lutte contre la pauvreté : cap sur la déclinaison territoriale
par Sophie Le Gall

La mission de suivi de la mise en œuvre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale a présenté, fin avril 2013, un premier bilan d'étape. Il précise le choix de la méthode d'évaluation du plan et dresse un calendrier des actions à venir.

Email Email

Le premier bilan d’étape de la mission de suivi de la mise en œuvre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, détaillé le 26 avril dernier devant le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale par François Chérèque (1), donne le départ des « rencontres territorialisées ».

Ateliers départementaux 

Ces rencontres, qui sont organisées sous la forme d’ateliers départementaux et qui s’étaleront jusque fin 2013, visent à l’appropriation par les acteurs de terrain, « au premier rang desquels les collectivités », des différentes mesures. Les actions envisagées portent sur sept secteurs différents :

  • Santé ;
  • Familles et enfance ;
  • Inclusion banquaire et surendettement ;
  • Gouvernance 
  • Accès aux droits ;
  • Emploi et travail ; 
  • Logement.

La mission a rappelé l’importance du choix d’une « méthode partenariale » qui devra guider les travaux et sur la nécessité « d’associer pleinement les bénéficiaires » aux discussions.

Toujours avant l’été, plusieurs mesures devraient entrer dans leur phase concrète comme l’expérimentation « de parcours d’insertion autour des emplois d’avenir pour les jeunes les plus fragiles » ou des actions de soutien à l’accès aux vacances pour les familles vulnérables.
Par ailleurs, la mission a profité de ce point d’étape pour alerter sur la nécessité « d’anticiper » sur les conséquences de la réduction du Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) en matière d’aide alimentaire.

Choix de la méthode d’évaluation

Concernant la méthode choisie pour évaluer l’impact de l’ensemble des mesures du plan (61 au total), la mission a précisé qu’elle utiliserait les indicateurs de pauvreté existants, notamment ceux adoptés par l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale, qui reposent, notamment, sur des données fournies par l’Insee ou par la Banque de France, jugeant qu’il « n’était pas nécessaire de réinventer des outils de suivi ».

Ces indicateurs sont de trois sortes : des indicateurs d’impact et de performance, « qui doivent offrir une vision qualitative », des indicateurs de mobilisation, « qui permettront de mesurer l’effort fourni en termes quantitatif », et, enfin, des indicateurs de mise en œuvre du plan, « qui se concentreront sur les aspects opérationnels de suivi, comme le respect des échéances fixées ». Le premiers bilan annuel d’évaluation du plan est attendu pour fin 2013 et il servira de base de travail au Comité interministériel de lutte contre l’exclusion qui se tiendra début 2014.

Note (01)

François Chérèque a été chargé de cette mission dans le cadre de ses nouvelles fonctions à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). - Retourner au texte

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>