La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Dépendance | 13/03/2019
Agnès Buzyn veut crédibiliser la politique publique du grand âge
par Nathalie Levray
Agnès Buzyn © NLH

S’exprimant aux Assises nationales des Ehpad 2019, la ministre de la Santé et des Solidarités a solennellement soutenu les professionnels du secteur. Relevant les similitudes entre revendications du Grand débat national et conclusions de la consultation citoyenne d’octobre 2018, Agnès Buzyn annonce une loi Grand âge et autonomie avec des "mesures immédiates de rupture et de changement de modèle" et des solutions de plus long terme pour une "citoyenneté pleine et entière" de la personne âgée. La ministre s’est montrée volontaire sur l’orientation et l’information, la liberté de choix, la revalorisation des métiers et la prévention de la perte d’autonomie.

1 Email Email

Aux Assises nationales des Ehpad 2019 organisées les 12 et 13 mars par le Mensuel des maisons de retraite, c’est devant la brochette des ministres qui l’ont précédée dans la fonction – Roselyne Bachelot, Marie-Anne Montchamp, Michèle Delaunay et Laurence Rossignol – que s’est exprimée Agnès Buzyn, l’actuelle ministre de la Santé et des Solidarités en charge des personnes âgées. Celle-ci y a vu non seulement « le signe d’une continuité d’actions, mais aussi celui que les défis à relever transcendent très largement les clivages partisans ».

Un Ehpad-bashing injuste et contre-productif

La ministre en poste a d’abord tenu à « dire solennellement sa reconnaissance et son admiration » aux professionnels du secteur et à l’assurer de son « indéfectible soutien et de [sa] confiance ».

Elle a qualifié l’Ehpad-bashing auquel se livrent certaines émissions de télévision ou livres « d’injuste », alors que les quatre ministres, soutenus par les conseils départementaux et les professionnels, ont beaucoup œuvré pour renforcer l’exigence de qualité des établissements accueillant les personnes âgées dépendantes, et de « contre-productif », insistant sur le besoin de soutien et d’apaisement de familles qui culpabilisent de l’entrée de leur parent en établissement.

Le grand âge, une question émergente du Grand débat national

La ministre a détaillé les sources d’inquiétudes et d’angoisse des Français, entendues dans les réunions du Grand débat national auxquelles elle a assisté et relevées dans les toutes premières conclusions : les freins au maintien à domicile, le poids financier du reste à charge en établissement, le doute sur la qualité de la fin de vie en établissements sanitaire ou médicosocial, la peur d’être un fardeau pour ses proches, la dégradation des conditions de travail des professionnels et les difficultés d’accès à l’information relative aux droits et à l’offre de prise en charge pour les personnes âgées et leurs proches aidants.

Un pessimisme alimenté par la conscience des inégalités

Ces constats sont proches de ceux issus de la consultation menée à la fin de l’année 2018 sur la question de l’autonomie et du grand âge. En guise de « bande-annonce » du rapport de Dominique Libault qui lui sera remis le 28 mars 2019 sur le sujet, et non au titre d’une « avant-première », a plaisanté Agnès Buzyn, la ministre a notamment expliqué que « le pessimisme des Français quant aux conditions futures de prise en charge de leur perte d’autonomie » était alimenté par le sentiment « d’inégalités accrues avec des prestations dépendant des ressources, la perte du lien social et l’isolement à domicile ».

Elle a également indiqué la demande pour une égalité de traitement face à la diversité des pratiques des conseils départementaux.

Des mesures de rupture et de crédibilisation

Agnès Buzyn s’est voulue rassurante en évoquant les conclusions « pertinentes et inventives » des dix groupes de travail qui ont planché pour nourrir le rapport commandé à Dominique Libault.

Elle a cité, à titre d’exemples, des propositions pour simplifier la tarification ternaire complexe, décloisonner des organisations en tuyau d’orgues, adapter des métiers et des formations ainsi que les ratios d’encadrement en Ehpad.

« Tout concourt à penser que nous sommes dans la bonne direction et dans le bon rythme », a-t-elle ajouté. La ministre « souhaite des mesures fortes pour faire la différence dès 2019 ».

Elle annonce une loi Grand âge et autonomie porteuse, d’une part, de « mesures immédiates de rupture et de changement de modèle » et, d’autre part, de solutions de plus long terme, évoquant la « crédibilisation de la politique du grand âge », « une citoyenneté pleine et entière de la personne âgée », sa « dignité » et « de bonnes conditions de vie ».

Faire de la vieillesse un moment privilégié

« Nous devons pouvoir répondre », a-t-elle affirmé, aux demandes d’orientation et d’information, de liberté de choix pour sa prise en charge quels que soient ses ressources, de nombre suffisant d’un personnel bien formé qui trouve un sens à son métier.

En matière de prévention de la perte d’autonomie, « je veux que nous puissions y répondre », a déclaré la ministre.

« Une société se grandit, a-t-elle conclu, quand elle est capable de faire de la vieillesse un moment privilégié. » Cette « conviction » ne se traduira toutefois en réalités que si le gouvernement accepte d’y réserver une partie des richesses produites dans le pays.

publier un commentaire

Réagissez à cet article

  1. Évaluons déjà l’existant…, ce qui fonctionne ou qui ne fonctionne pas. Quelle finalité recherchons nous, est ce qu’elle est compréhensible par tout, les réponses données sont-elles adaptées…
    EX:
    L’isolement des personnes :
    Une personne isolée est seule non pas nécessairement pour une question géographique. Soit qu’elle ne
    reçoit plus de visites, soit elle s’isole volontairement par peur d’être placée.
    La personne ne se dirige pas ou plus vers autrui ; son mode de vie et d’activité, si elle en a une, ne lui
    inspire plus d’intérêt, et cette personne n’attire aucun regard.
    L’isolement se caractérise par la souffrance, la personne isolée souffre de cet état de fait quel qu’en
    soit la cause totale ou partielle, directe ou indirecte.
    On peut souligner que la personne peut choisir d’être seule, et néanmoins souffrir de cet isolement
    choisi au départ. En effet, si choisir d’être seule peut parfois se concevoir avant 50 ans, la situation est
    beaucoup plus subie à 80 ans (le corps ne répond plus, on ne bouge plus assez, on est plus dépendant,
    on ne connaît plus le voisinage…).
    Tableau repères du vieillissement/ POURQUOI NOUS NOUS MOBILISONS…
    Vieillissement biologique Réduction de la réserve physiologique des organes et des
    systèmes :
    -modifications externes (signes visibles)
    -modifications de la stature, de la forme du corps
    -ralentissement du rythme
    -modifications alimentaires, modification du sommeil.
    Pathologies biologiques -stress physiologique : pertes fonctionnelles…
    -maladies ponctuelles : fréquence en augmentation
    -maladies chroniques / Séquelles de la maladie : troubles du
    sommeil
    Troubles des conduites alimentaires.
    Pathologie neurologique troubles cognitifs, apraxie, agnosie, maladies neurologiques
    dégénératives, maladie d’Alzheimer et autres syndromes
    démentiels, maladie de Parkinson, troubles neuro-vasculaires
    (AVC).
    Pathologies psychiatriques Anxiétés et crises d’angoisse, agressivité hallucinations,
    détérioration psychique, dépression, syndrome de glissement,
    stabilisation des troubles psychiatriques aigus, adaptation des
    traitements médicamenteux.
    11
    Répercussions psychologiques Difficultés d’adaptation aux situations nouvelles,
    rigidité psychique, replis sur soi, égocentrisme, restriction des
    centres d’intérêts
    indifférence affective, sentiment d’insécurité
    plaintes hypocondriaques, question de l’identité (personnelle,
    sociale, familiale)
    crises psychiques (ex : crise du milieu de la vie)
    question de l’image de soi et de l’investissement de cette image
    gestion des pertes de travail, travail de deuil
    approche de la mort
    Répercussions sociales Nouvelle étape de la vie, isolement, décès des proches,
    éloignement familial
    Changement des conditions de ressources et des statuts
    Pertes des activités sociales et professionnelles
    Question du rôle social

    POUR NE PAS ÊTRE TOUJOURS DANS L’URGENCE!!! Nous avons besoin de cultiver dans la société « une culture du bien vieillir »…
    Une autre reforme sur le sujet sans adhésion, risque encore une fois de plus enfermer les personnes sur:la notion « du trop cher », du trop « lourd » du trop…comme si trop c’est
    trop, alors que la vieillesse est un chemin parcouru par tous… comment comprendre ce rejet ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>