La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

26/03/2019
L’ARS des Pays de la Loire accompagne la transformation des Ehpad
par Nathalie Levray
Pays de la Loire drapeau © Oleksii-AdobeStock

L’agence régionale de santé des Pays de la Loire a engagé une démarche pour faire évoluer les Ehpad de la région. Des modèles d’accompagnement qui privilégient une territorialisation renforcée et une politique ressources humaines adaptée.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Les Ehpad face au big bang

voir le sommaire

Malgré un taux d’équipement plus important dans les Pays de la Loire que la moyenne nationale, la répartition et l’accessibilité des Ehpad restent disparates. L’offre institutionnelle pèse ainsi plus que le service à domicile, à 7 pour 1. Cette situation a poussé l’agence régionale de santé (ARS) à inclure dans le projet régional de santé 2018-2022 un volet sur l’adaptation à l’évolution des besoins et le rééquilibrage territorial.

« La crise des personnels dans les Ehpad nous a fait accélérer la démarche », se souvient ­Delphine ­Martineau, responsable du département ­Parcours des personnes âgées à l’ARS.

Territorialisation renforcée

Un plan d’accompagnement à la transformation des Ehpad (Pact-Ehpad) est né, construit avec le conseil régional, les conseils départementaux, la Carsat ainsi que les acteurs du secteur, fédérations, représentants d’usagers et des salariés.

« Au-delà de la gestion de crise, il s’agissait de faire émerger un nouveau modèle d’organisation et de management en partant des réalités de notre territoire », ajoute Anne-Cécile Pichard, responsable du département ressources humaines et numériques du système de santé à l’ARS (1).

Ce n’est pas un modèle unique qui est attendu, mais « de nouveaux modèles d’accompagnement » privilégiant une territorialisation renforcée et l’ancrage dans la cité, une politique d’accompagnement des ressources humaines, l’évolution des relations entre gestionnaires et autorités de tarification et la transformation des projets de soins.

« La philosophie d’ouverture exige de repenser l’accompagnement à domicile et de casser les murs entre secteurs », poursuit Delphine Martineau. L’expertise des professionnels de l’Ehpad doit servir à la prise en charge globale et quotidienne des personnes âgées, où qu’elles se trouvent, et les prestations doivent être accessibles à tous.

Alors que l’ARS a fixé le seuil d’éligibilité de ses aides à 80 lits par site géographique ou projet territorial mutualisé, un appel à manifestation d’intérêt est lancé en lien avec les adhérents de la Fédération hospitalière de France Pays de la Loire pour expérimenter des collectifs managériaux.

Indicateurs partagés

Le Pact-Ehpad parie sur la dynamique partenariale et les collaborations innovantes. « C’est un cadre concerté mais un document vivant, qui s’alimente des initiatives locales des partenaires », précise Delphine Martineau. Rien n’est imposé.

« L’idée est de pérenniser des expérimentations et de généraliser les initiatives si les bénéfices sur le terrain sont démontrés ».

L’impact du Pact pour les acteurs de terrain et pour les personnes âgées sera donc évalué. L’observatoire régional de la qualité de vie au travail est mobilisé et les indicateurs partagés nourriront les points d’étape réguliers.

© ARS Pays de la LoireAnne-Cécile Pichard, responsable du département ressources humaines et numériques du système de santé à l’ARS Pays de la Loire

« Il faut refonder la politique des ressources humaines »

Les inscrits au concours d’aide-soignant (AS) ont baissé d’un tiers depuis 2015, les interruptions en cours de cursus augmentent et la durée dans l’emploi baisse. Pour remplacer les départs en retraite, – 15 % des AS d’ici à 2023, il faut refonder la politique des ressources humaines et adapter le dispositif de formation. L’ARS a ouvert un second concours annuel AS en lien avec ses partenaires dès 2018, et lance une campagne de promotion des métiers avec le conseil régional. Des ateliers participatifs ont été organisés avec les étudiants ou les récents diplômés pour dégager des pistes de résolution des difficultés liées au métier. Nous espérons expérimenter des modalités de sélection fondées sur les habiletés pour des profils à qui le concours n’est pas adapté. En 2018, 2,9 millions d’euros ont été dédiés pour promouvoir et diversifier le parcours professionnel ; 1,8 million d’euros par an pour améliorer les conditions de travail. Les apports des nouvelles technologies y contribueront ; les premiers bénéfices de la télémédecine sur l’intérêt au travail sont encourageants.

Note (01)

Contact : anne-cecile.pichard@ars.sante.fr - Retourner au texte


Chiffres Clés

  • 47 000 places en établissements d’hébergement (8,5 % commerciaux, 38,9 % en secteur privé non lucratif, 18,4 % du public autonome, 14 % du public hospitalier et 20,1 % du public territorial).
  • 13,1 % de la population ligérienne de + 75 ans en établissement. Taux d’absentéisme : 11 %.
  • 676 millions d’euros, dont 22,5 millions d’euros pour le Pact-Ehpad en 2018, c’est l’enveloppe régionale consacrée aux Ehpad (583) et aux Ssiad (103).
Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>