La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

[Entretien] Mal-logement | 03/04/2019
« L’UE doit mettre en place une stratégie européenne d’éradication du sans-abrisme » – Sarah Coupechoux, chargée d’études Europe, Fondation Abbé-Pierre
par Nathalie Levray
SARAH COUPECHOUX Fondation Abbé Pierre © Sébastien-Godefroy

La Fondation Abbé-Pierre agit depuis 1987 pour l’accès de tous à un logement décent et une vie digne. Depuis 2015, elle produit avec la FEANTSA un "Regard sur le mal-logement en Europe". Présentée le 3 avril à Paris, sa quatrième édition explore l’état de l’accès à l’hébergement d’urgence en Europe et plaide pour une stratégie d’éradication du sans-abrisme. Entretien avec Sarah Coupechoux, chargée d’études Europe à la Fondation Abbé-Pierre.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Quelles solutions pour lutter contre le mal-logement ?

voir le sommaire

Le 4e Regard sur le mal-logement en Europe (RMLE) focalise le sans-abrisme. Quels sont vos constats ?

Le sans-abrisme est un échec global des politiques publiques de prévention de l’extrême précarité et de perte du logement. La question de la privation de domicile manque malheureusement de chiffres comparables d’un pays membre à l’autre. Ce constat nous conduit, avec notre partenaire européen, la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (FEANTSA), à réaliser un travail de fourmi pour collecter des données disparates, qui ne couvrent pas les mêmes réalités, et pour les analyser.

Ce 4e RMLE montre que le nombre des personnes sans abri augmente de façon constante partout en Europe, et que l’hébergement d’urgence est de plus en plus saturé même quand les moyens qui y sont consacrés explosent. Ces politiques de solutions de court terme ne fonctionnent pas. Pire, elles chronicisent le sans-abrisme.

Ces constats ne concernent pas la Finlande, grâce à une politique menée depuis vingt ans pour construire des logements, transformer les hébergements en habitat pérenne, et à la politique du « Logement, d’abord ». Cela nous amène à affirmer l’efficacité des systèmes basés sur le logement sans condition et l’accompagnement social renforcé. Les expérimentations menées dans dix-huit pays le confirment.

L’Europe peut-elle agir en faveur de la lutte contre le sans-abrisme ?

L’Europe peut être moteur pour enclencher la transition d’un système de prise en charge en escalier qui n’évite pas le retour à la rue vers un système qui répond aux besoins de logement à long terme. De façon transversale, l’Union européenne (UE) peut agir sur différents leviers. Sa politique et le budget Cohésion sociale et solidarité peuvent orienter les actions des Etats membres pour transformer l’offre de logements, former les travailleurs sociaux aux techniques du « Logement d’abord » et renforcer l’ingénierie du secteur.

Les politiques de lutte contre les discriminations luttent aussi indirectement contre le sans-abrisme, qu’il s’agisse de la résorption des bidonvilles ou de l’accueil des migrants, ce qui incitera les pays membres à mener des politiques nationales en faveur du logement abordable. Les fonds européens doivent aussi accompagner les collectivités territoriales pour déployer localement les politiques du Logement d’abord.

Pourquoi ne le fait-elle pas ?

L’UE commence à réagir. Elle prend conscience de la crise du logement en Europe, de son ampleur et de ses conséquences sur la vie économique, en matière d’éthique et sur la confiance des citoyens européens à l’égard des institutions.

L’UE ne peut pas être qu’une gardienne de l’austérité et des chiffres de la croissance, elle doit garantir des améliorations dans la vie des Européens les plus démunis. Cette année d’élections européennes est propice pour porter nos demandes.

Quelles sont-elles ?

L’Europe doit se doter d’un outil statistique, fiable et pertinent, pour établir un état des lieux et dresser la liste des besoins dans chaque pays. Le prochain budget européen 2021-2027 doit prioriser l’investissement social, notamment auprès des plus vulnérables.

Le Socle européen des Droits sociaux compte un point sur le mal-logement. Pour une application concrète, l’UE doit mettre en place une stratégie européenne d’éradication du sans-abrisme, en conformité avec les objectifs de développement durable de l’ONU, et l’inscrire à son Agenda 2030.

Sommaire du dossier

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>