Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Enfance | 10/02/2020

Le délai de deux mois du placement en vue de l’adoption est déclaré constitutionnel

par Léna Jabre
Email Email

La Cour de cassation a transmis au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité portant sur la conformité aux droits et libertés que la Constitution garantit du deuxième alinéa de l’article 351 du code civil, dans sa rédaction résultant de la loi du 5 juillet 1996 relative à l’adoption, et du premier alinéa de l’article 352 du même code, dans sa rédaction issue de la loi du 11 juillet 1966 portant réforme de l’adoption.Ces articles du code civil disposent respectivement que « lorsque la filiation de l’enfant n’est pas établie, il ne peut y avoir de placement en vue de l’adoption pendant un délai de deux mois à compter du recueil de l’enfant » et que « le placement en vue de l’adoption met obstacle à toute restitution de l’enfant à sa famille d’origine. Il fait échec à toute déclaration de filiation et à toute reconnaissance ».Le requérant soulève la question de la constitutionnalité de ces dispositions dans le cas …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>