Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Santé | 11/03/2020

Covid-19 : la communication tardive du Gouvernement en direction du secteur social et médico-social

par Rouja Lazarova
Coronavirus 2019 Covid-19 © Creativeneko-AdobeStock

Alors que le nouveau coronavirus Covid-19 gagne du terrain et que la France se prépare à passer au stade 3 de l’épidémie, le secteur médico-social et social se prépare à y faire face, dans le contexte d’une pénurie des équipements de protection. Avec un certain retard à l’allumage, en raison d’une négligence initiale du Gouvernement, selon les acteurs.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Coronavirus : les professionnels de la santé et du social répondent présents

voir le sommaire

« Depuis le début de l’épidémie, les pouvoirs publics communiquent surtout en direction des professionnels de la santé, très peu en direction du secteur médico-social. La prise de conscience date d’il y a une semaine, le 3 mars précisément, lorsque le ministre de la Santé a décidé de tenir une cellule de crise hebdomadaire avec la Direction générale de la santé, la Direction générale de la cohésion sociale et l’ensemble des têtes de réseau », témoigne Pierre-Yves Lenen, directeur du développement et de l’offre de services de l’APF France Handicap. Dans les jours suivant cette réunion, le ministère de la Santé commence à publier sur son site les consignes en direction du médico-social : préconisations pour les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, pour les structures hébergeant des personnes fragiles, pour les établissements et services de la protection de l’enfance.

Relayer l’information émanant du Gouvernement

Selon Pierre-Yves Lenen, la première problématique qui se pose, c’est la gestion de l’information : « Faire face à une information qui évolue rapidement dans le temps, se l’approprier et la restituer auprès du réseau. L’enjeu : faire en sorte que la bonne information arrive au bon acteur, au bon moment. » Il témoigne ainsi de la difficulté de compréhension qui a accompagné le passage du stade 1 au stade 2 de l’épidémie. Les consignes gouvernementales sont relayées localement par les agences régionales de santé (ARS). Cependant, les préconisations ne sont toujours pas claires. Ainsi, en Bretagne, l’ARS a émis des consignes en direction des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) concernant les visites : celles ci sont « fortement déconseillées ». « La consigne n’est pas très claire. On voit des pratiques différentes d’un établissement à l’autre. Certains gestionnaires ont décidé de fermer. Moi, j’ai opté pour une réglementation plus stricte des visites, tout en les autorisant, car pour moi le maintien du lien social du résident avec sa famille est important », témoigne Fanny Coudray, directrice de la Résidence de la Poterie à Chartres-de-Bretagne, et présidente de la Fnadepa d’Ille-et-Vilaine.

Une pénurie de masques et de gels hydro-alcooliques

Selon le Syndicat national des établissements et résidences privées pour personnes âgées (Synerpa), la majorité des Ehpad se sont munis de matériel de protection en prévision de l’épidémie de la grippe classique. Tel est le cas de la Résidence de la Poterie. « Cependant, certains gestionnaires font état d’un manque de masques. Nos fournisseurs de gels hydro-alcooliques nous préviennent d’un possible épuisement de stocks », assure Fanny Coudray. La déléguée générale du Synerpa, Florence Arnaiz-Maumé, précise : « On nous demande d’utiliser les masques de façon raisonnée. On va fonctionner dans un climat de pénurie. » Dans le secteur de l’hébergement d’urgence, ce matériel de protection n’est tout simplement pas fourni pour l’instant.

Pérenniser le plan hivernal

C’est probablement le secteur le moins protégé et préparé. Sa première revendication : pérenniser le plan hivernal qui doit prendre fin le 31 mars, pour éviter de remettre à la rue des milliers de personnes fragiles, les privant ainsi de moyens d’assurer leur hygiène et de tout contact avec le système de santé. Les revendications du secteur sont nombreuses. « Nous avons demandé à ce qu’un médecin référent soit désigné pour chaque centre d’hébergement, afin d’effectuer des relevés de température, des dépistages, et de décider de l’orientation de la personne si elle est infectée. Nous souhaitons que les équipes des établissements soient dotées de matériel de protection si elles sont en contact avec des cas suspects ou confirmés. Nous souhaitons également que le 15 considère les personnes hébergées comme particulièrement vulnérables. Sur certains territoires, la ligne est saturée », énumère Hugo Si Hassen, chargé de mission Santé au sein de la Fédération des acteurs de solidarité.

Assurer la continuité des services

« C’est le gros enjeu actuellement : comment maintenir un niveau d’encadrement suffisant dans les établissement médico-sociaux car s’ils ferment, les publics vont se reporter vers l’hôpital », explique Pierre-Yves Lenen. Du côté de l’Uniopss, l’inquiétude est grande. « Dans notre secteur, développer des solutions de télétravail, c’est compliqué. Les personnels sont encore majoritairement des femmes. Or, elles seraient amenées à rester à la maison et s’occuper de leurs enfants si les écoles étaient fermées », illustre Jérôme Voiturier, directeur général de l’Uniopss. Les établissements sont en train d’élaborer leur « plan de continuité d’activité ». Concernant les Ehpad, ces plans sont contenus dans le « plan bleu » que les établissements doivent progressivement mettre en place, comme annoncé par le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 8 mars. Hérités de la canicule de 2003, régis par un décret de 2005, ces plans sont prévus par l’article D.312-160 du Code de l’action sociale et des familles (CASF). Permettant de faire face à une crise sanitaire ou climatique, ils sont en cours d’élaboration par les établissements, avec l’appui des ARS. « Nous avons exprimé nos attentes. Maintenant, nous attendons non seulement des réponses, mais des réponses rapides, à la hauteur de l’urgence de la situation », résume Jérôme Voiturier.

Thèmes abordés

Sommaire du dossier

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>