Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Protection de l'enfance | 20/05/2020

À Agen, les jeunes victimes de l’inceste bénéficient d’un accompagnement spécifique

par Auteur Associé
victime inceste protection enfance écoute © photopitu_AdobeStock

Avec une vingtaine d’années d’existence, la maison Jean-Bru à Agen a pensé et mis en actes un accompagnement spécifique pour les mineures victimes d’abus sexuels dans leur famille. Alors que la faiblesse de la prise en charge de l’inceste est régulièrement ciblée, l’équipe continue d’actualiser ses pratiques et sert d’appui pour les professionnels de l’aide sociale à l’enfance.

Email Email

Par Judith ChetritCette adolescente de 15 ans est arrivée à la maison Jean-Bru à Agen à l’âge de dix ans et demi. Dans le film « Inceste, à hurler du silence » d’Hélène Trigueros, son visage a été flouté, mais on distingue sa silhouette hésitante sur le pas de la porte et ses mains s’agitant sur ses bracelets. On entend aussi les larmes dans sa voix lorsqu’elle s’adresse à trois éducatrices. « J’ai la haine contre lui mais des fois, je me dis que ça me manque de ne pas avoir de père ». Il y a quatre ans, son arrivée a été tumultueuse. « C’était très compliqué de ne vivre qu’avec des jeunes filles qui ont été aussi abusées. Ça me rappelait encore plus mon histoire. Mais cela me soulageait : enfin, j’étais reconnue victime, enfin on me croyait ».Ultime recoursDepuis 1996, cette maison d’enfants à caractère social (MECS), doublement habilitée par les services de la PJJ et du département du Lot-et-Garonne …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>