Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Déconfinement | 19/05/2020

Coronavirus : un dispositif de prévention pour les enfants à Amiens

par Géraldine Langlois
enfants lavage mains © Monkey_Business-AdobeStock

Une formation pour les Atsem et animateurs des centres de loisirs et un kit d'animation sur les moyens de limiter la transmission du coronavirus parmi les enfants scolarisés composent un dispositif de prévention mis en œuvre début mai à Amiens. Le CHU et la Ville l'ont conçu ensemble avant le retour des élèves à l'école.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Coronavirus : les professionnels de la santé et du social répondent présents

voir le sommaire

Le CHU et la ville d’Amiens ont mis sur pied en moins de deux semaines, juste avant la réouverture des établissements scolaires, un dispositif destiné à sensibiliser les enfants aux gestes barrière, en particulier le lavage des mains. La directrice du CHU a contacté le service municipal de santé publique et proposé une collaboration sur le sujet. La ville a accepté d’emblée : « nous voulons nous projeter dans le temps. La question du lavage des mains n’est pas uniquement liée au déconfinement, elle devra être intégrée au-delà et plus largement » explique Patrick Kerros, responsable service. Elle est en effet valable face à d’autres virus ou bactéries. Pour le Pr Maxime Gignon, chef du pôle Prévention, risques, information médicale et épidémiologie du CHU, « on se rend compte qu’après que la gestion de l’épidémie a été centrée sur l’hôpital, c’est au tour de tout le monde de le faire à présent ».

Travaux pratiques

La collaboration s’est traduite, d’une part, par la conception, en une semaine, par le centre de formation par la simulation du CHU, Simu Santé, d’une formation de deux heures adaptée aux professionnels ciblés par ce projet : des Atsem et des animateurs de centres de loisirs de la ville. Quatre groupes d’une douzaine de participants l’ont suivie le 7 mai à Simu Santé. « Nous avons d’abord décortiqué leurs connaissances, leurs représentations, leurs inquiétudes voire leurs idées fausses sur le virus et ses modes de transmission ou les façons de s’en protéger. Nous avons abordé ensuite l’hygiène des mains et le port du masque », explique Maxime Gignon.

Avec des travaux pratiques en petits groupes : les participants se sont lavés les mains avec de l’eau et du savon en suivant un protocole en dix étapes et ils se les ont frictionnées par ailleurs avec une solution hydroalcoolique fluorescente produite par la pharmacie de l’hôpital. Ce produit permet, lorsque les mains sont exposées à de la lumière bleue, de constater là où les mains n’ont pas été frictionnées.

Expliquer les choses

D’autres exercices ont porté sur les masques, la manière de les mettre, de les porter, la nécessité de ne pas les toucher et les techniques pour boire, par exemple, sans devoir en changer. « Le dernier exercice, ajoute le Pr Gignon, a consisté à inviter les participants à imaginer comment, sur leur lieu de travail, avec les conditions sanitaires édictées par l’Éducation nationale, il allaient aborder ces questions avec les enfants ». Histoire de se préparer à leur expliquer les choses et à répondre à leurs questions.

Détektor à lumière bleue

Les participants sont repartis avec un kit d’accompagnement créé par la ville. Il contient, d’une part, un Détektor, une boîte à lumière bleue qui révèle les endroits où les mains n’ont pas été frottées avec la solution hydroalcoolique fluorescente (et un flacon de cette solution). « Il comprend aussi une affiche sur le lavage des mains au savon en dix étapes, déclinée en eux versions, une pour les écoles primaires et une pour les écoles maternelles, ainsi qu’une comptine », indique Patrick Kerros, destinée à « transformer en jeu » le lavage des mains (sur l’air d’une comptine très connue pour les plus jeunes et d’une chanson très populaire pour les élèves de niveau élémentaire).

La ville a produit 150 de ces kits. Elle les a diffusés auprès de toutes les écoles, privées et publiques, et les centres de loisirs de la métropole et les a mis à disposition des infirmières scolaires de la Somme. Au-delà de la crise sanitaire actuelle, remarque Patrick Kerros, « ils pourront servir lors d’autres épisodes épidémiques ».

Certains des modules et outils de la formation et du kit sont disponibles sur la plateforme pédagogique en ligne du CHU d’Amiens.

Sommaire du dossier

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>