Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Social | 16/07/2020

Une analyse des besoins sociaux participative pour faire « culture commune »

par Laure Martin
réunion formation © Fotofreundin_AdobeStock

En 2016, à mi-mandat, la commune nouvelle de Cherbourg-en-Cotentin a vu le jour. Pour faire culture commune, les élus ont décidé de mener une analyse des besoins sociaux.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Analyse des besoins sociaux : le stratège social

voir le sommaire

«Lorsque nous avons créé la commune nouvelle, la Délégation générale des collectivités locales (DGCL) nous a confirmé que nous ne pouvions avoir qu’un seul CCAS. Les cinq CCAS ont donc fusionné donnant naissance à une structure de taille importante le 1er janvier 2016 », rapporte Anne Malmartel, directrice générale adjointe du pôle social et directrice du CCAS. Le nouveau CCAS (1) regroupe dix établissements (Ehpad, accueils de jour) et structures de maintien à domicile (aide à domicile, téléalarme, portage de repas), soit 400 agents permanents et une cinquantaine de vacataires et de contractuels.

Large consultation

« La naissance de cette nouvelle structure a été difficile à mettre en place d’un point de vue organisationnel. Pour accompagner la mise en œuvre, nous avons proposé, avec le maire, le président du CCAS et son vice-président, une ABS en réunissant les travailleurs sociaux, les partenaires du territoire, le département ou encore les associations », poursuit la directrice. Objectif : conduire une large consultation afin de réunir l’ensemble des acteurs sur des valeurs et des fondements communs. Pour mener à bien ce travail, le CCAS a fait appel à un cabinet de conseil – Eneis conseil – qui leur a permis de construire une ABS « très participative » et mettre en place une méthode productive faisant travailler tous les acteurs. « En les réunissant, au-delà d’une photographie en temps réel de la population, nous avons pu créer une cohésion, faire culture commune et ainsi décider d’une feuille de route pour la commune nouvelle, qui ne consiste pas simplement à fusionner les priorités des cinq anciens CCAS », se félicite Anne Malmartel.

Élaboré à mi-mandat, l’ABS a débuté en janvier 2017 et a donné lieu à une restitution publique le 1er octobre 2018. Ce même jour, la feuille de route et les objectifs à atteindre ont été actés pour la période 2018-2022. « Nous nous sommes fixé des priorités qui dépassent les municipales de 2020. Nous avons fait ce choix car certains de nos objectifs devaient être envisagés sur le long terme », explique Anne Malmartel.

Palette d’outils

C’est le cas par exemple pour la mise en œuvre d’outils d’insertion comme les contrats uniques de sept heures. « Ils permettent de remobiliser des personnes sans travail, de les remettre dans un cadre. Ce dispositif innovant prend du temps à mettre en place. Tout comme notre palette d’outils pour une progressivité du retour dans l’emploi tels que les chantiers d’insertion, les mesures pour les bénéficiaires du revenu de solidarité activité (RSA). Il n’aurait pas été sérieux, ni judicieux de vouloir tout arrêter en 2020. Nous avons d’ailleurs bien avancé car nous avons gardé une ligne de conduite », précise-t-elle. Le CCAS prévoit, après les municipales, de refaire une ABS en poursuivant la réalisation de la feuille de route déjà actée.

DRFrédéric Bastian, adjoint délégué au développement social et à la promotion de la santé et vice-président du CCAS

« Nous sommes dans une démarche d’éducation au social »

« Il faut apporter des éléments aux citoyens pour qu’ils puissent s’investir. Il est compliqué de leur demander de participer à un projet social et d’apporter leur expertise sans qu’ils connaissent les enjeux de l’hébergement d’urgence ou de l’aide alimentaire, au risque qu’ils restent centrés sur leur problématique. Aussi, nous avons lancé notre ABS au cours d’une soirée qui a remporté un franc succès avec plus de 300 participants, qui ont pu s’engager dans des groupes de travail « habitants » afin de réfléchir à certaines thématiques. Aujourd’hui, nous voulons mettre en place un comité de suivi des politiques sociales avec des habitants volontaires, pour qu’ils aiguillent le CCAS sur l’état d’avancement de la feuille de route. Il est essentiel de les associer. C’est comme pour l’adhésion d’un patient à un traitement, il faut lui expliquer pour garantir son observance. Nous sommes aujourd’hui dans une démarche d’éducation au social. »

Note (01)

Contact : CCAS de Cherbourg-en-Cotentin, 02 33 01 50 60. - Retourner au texte


Chiffres Clés

  • 2016 : naissance de la commune nouvelle de Cherbourg-en-Cotentin.
  • Mi-2016 : lancement d’une ABS pour faire culture commune. Outre les partenaires institutionnels et administratifs de la ville, la collectivité a sollicité les habitants au travers du tissu associatif local dans le cadre de groupes de travail.
Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>