Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

MINEURS ISOLES | 10/11/2009

L’accueil d’urgence des mineurs isolés étrangers dans le Nord

par La Rédaction

Le département a créé un dispositif d'accueil et d'orientation original pour les mineurs isolés étrangers arrivant sur son territoire.

1 Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Les mineurs isolés étrangers : comment les prendre en charge, à quels coûts ?

voir le sommaire

Accueillir dignement les mineurs­ isolés étrangers et mieux coordonner leur évaluation et leur orientation. Tel est l’objectif de la réflexion initiée en 2002 par les services d’accueil d’urgence du foyer de l’enfance de Lille (FEL) de l’établissement public dépar­temental de soins, d’adaptation et d’éducation (EPDSAE).

Evaluation

A la fin des années 90, le FEL répond­ à l’afflux de ces mineurs dans le dépar­tement. Mais, en 2002, la structure se trouve engorgée : auparavant de passage, ces jeunes s’installent désormais plus longuement. Le département décide­ alors de créer deux structures dédiées à leur accueil d’ur­gence. En 2006, le Samie [1] ouvre à Lille et Mosaïque à Tourcoing. Le premier, géré par le FEL, accueille quinze jeunes et le second, qui dépend­ de l’association Société­ de protection et de réinsertion du Nord (SPRN), sept [2].

Par ailleurs, en 2005, le conseil général propose un accord, que signent­ tous les acteurs concernés : le préfet, le président du conseil géné­ral, le président­ et le procureur du tribunal de grande­ instance, l’EPDSAE­, la SPRN et ­l’ADNSEA, une association notam­ment impliquée dans l’information des jeunes étrangers. Il confie la coordination de ­l’évaluation à la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), puis ­celle de l’orientation à l’aide sociale à l’enfance­ (ASE).

Jusque-là, l’évaluation administrative, médicale, sco­laire, psychologique, etc. nécessaire au dossier était gérée au cas par cas et essen­tiellement coordonnée par le FEL au cours des six semaines qui sépa­rent l’ordonnance provisoire de placement du procureur de la déci­sion du juge des enfants d’inciter le mineur à retourner dans son pays d’origine ou de le placer­. Si le jeune­ étranger ne décide pas de partir, l’équipe conduit une évaluation globale Pendant cette période, si le jeune­ étranger ne décide pas de partir, l’équipe de la structure d’accueil d’urgence conduit une évaluation globale : motif d’arrivée, envies­, comportement, adaptabilité… Cette­ analyse joue un rôle clé dans la décision du juge.

Et le jeune va surtout pouvoir se reconstruire­, se repo­ser. Il est scolarisé ou ­formé (lire le témoi­gnage), après avis de l’Education nationale. En chambre de un, deux ou trois, il gère le quotidien – sorties, repas­, tâches­ ménagères… – dans le respect des règles de la maison. « Un règle­ment qui pose rarement de ­diffi­culté, mise à part celle de la langue », précise ­Franck Bottin­, responsable du service éducatif du Samie. Dans chaque structure, sept éducateurs spécialisés, une assistante sociale­ ou un psycho­logue, trois maîtresses de maison et trois veilleurs de nuit s’occupent d’eux.

Moins de régularisations

Si un placement auprès de l’ASE est décidé, les jeunes restent encore quelques semaines dans la struc­ture d’accueil, le temps d’installer un relais­ dans une institution ­sociale du Nord, en tâchant de concilier besoins­ scolaires ou de formation et contraintes liées à la langue. Ce sont ces services qui géreront, si le mineur le souhaite, sa demande de régu­larisation. « Auparavant, par son impli­cation et son bon comportement, le jeune pouvait espérer une régularisation à sa majorité, souligne Jean-Paul Carpentier, le directeur du FEL. Depuis les lois de 2003 sur l’immigration, ces possibilités s’amenuisent. »

Fuite de la misère, demande d’asile­, etc. : les motifs d’arrivée en ­France sont multiples. Soumis aux événements dans certains pays, l’afflux­ de jeunes est actuellement moins important­, mais il fluc­tuera ­encore…

NOTES

[1] Samie : service d’accueil des mineurs isolés étrangers.
[2] En plus des huit places dédiées­ aux mineurs­ en danger du département.

Article de Caroline Guignot

Thèmes abordés
publier un commentaire

Réagissez à cet article

  1. voulez vous m,aidez ou bien m,informer ou je doit me presenter car j,ai un jeune de 16ans qui vit des conditions tres dificille ( adresse ou bien telephone ) il est d,une nationalites Algerienne svp svp repondez-moi ou il doit se presenter .
    Accepter tout mes salutations.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>