Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

MINEURS ISOLES | 10/11/2009

Protection des mineurs isolés étrangers : le rapport annuel alarmant de la Défenseure des enfants

par Hélène Delmotte

Dominique Versini, la Défenseure des Enfants, a présenté le 20 novembre 2009 son rapport d'activités 2008. Sur les 1 758 récla­mations concernant 2 423 enfants, 15 % concernent les mineurs étrangers (isolés ou en famille).

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Les mineurs isolés étrangers : comment les prendre en charge, à quels coûts ?

voir le sommaire

« Il est des sujets qui ne se règlent pas quelles que soient les fonctions que l’on occupe », souligne Dominique Versini, ancienne directrice générale du Samu social de Paris et ancienne secrétaire d’Etat chargée de la lutte contre l’exclusion et la précarité.

Mineurs étrangers isolés

Parmi « ce qui ne se règle­ pas », figurent « certaines procédures relatives aux mineurs isolés » : hétérogénéité des pratiques des parquets face à l’impossibilité de déterminer l’âge d’un jeune, entre 17 et 19 ans par exemple, réticences de certains conseils généraux à prendre en charge des mineurs étrangers isolés, difficulté de faire venir des enfants­ en France­ dans le cadre du regroupement familial…

Début octobre, Dominique Versini s’est rendue à Mayotte, futur dépar­tement français dont elle dresse­ un portrait apocalyptique : 30 à 40 % des résidents sont en situation irré­gulière, la plupart venant des Como­res. Les reconduites à la frontière (16 000 par an) se poursuivent sans relâche. « Des mères­ abandonnent leurs enfants parce que Mayotte­ est un peu moins pauvre que les Comores. Dans les centres de rétention administrative, certains enfants sont non accompagnés, d’autres sont renvoyés sans véri­fication d’un lien de parenté. »

Elle souligne aussi les difficultés des enfants au cœur des séparations paren­tales conflictuelles, les problèmes d’intégration scolaire ou de prise en charge dans les instituts spécialisés d’enfants porteurs de handicap, ainsi que les obstacles pour l’accès à l’école maternelle des Roms et des enfants vivant en hébergement d’urgence.

L’année prochaine, la Convention internationale des droits de l’enfant fêtera ses vingt ans. Mais le chemin vers la reconnaissance effective de ces droits paraît encore bien long…

Approfondir le sujet
Consultez le rapport d'activités 2008 de la Défenseure des Enfants.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>