La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

30/11/2018

Fin de vie : combien de lois pour mourir dignement


14950 Greg Younger/ Flickr CC

La fin de vie. L’appréhension du sujet est particulièrement délicat en France: il manque encore des définitions, une culture commune, ainsi qu’une visibilité suffisante, comme le souligne l’Observatoire national de la fin de vie.
En 2005, la loi Leonetti avait pour ambition de donner une réponse au problème de la fin de vie en interdisant l’obstination déraisonnable, c’est-à-dire la mise en place ou poursuite de traitements, si les résultats escomptés se limitent à permettre la survie artificielle du malade. Elle devait permettre d’éviter de légiférer sur l’euthanasie.
Mais depuis l’adoption de ce texte, des affaires – Chantal Sébire, Dr Bonnemaison, Vincent Lambert – ont mis en avant des cas particuliers, soulignant des carences. Lors de la campagne présidentielle de 2012, François Hollande a ainsi promis une légalisation de l’euthanasie. Sans aller jusque-là, la loi Claeys-Leonetti, adoptée en janvier 2016, doit permettre aux personnes en fin de vie de mourir dignement, en proposant une sédation profonde et continue jusqu’à la mort de la personne.

Email Email