La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Dossiers d'actualité santé social - Page 12

Dossiers

Dynamiques territoriales de santé : quels enjeux ? quels outils ?

L’offre de santé est devenue un facteur d’attractivité des territoires et un besoin capital pour les populations les plus défavorisées. Dans le contexte de démographie médicale que nous connaissons, elle repose de plus en plus sur des partenariats entre l’Etat, les établissements et les professionnels de santé, et les collectivités locales même si ces dernières n’ont pas de compétence directe en la matière. La loi HPST du 21 juillet 2009 contient par ailleurs un important chapitre consacré à l’offre territoriale de santé qui réorganise l’organisation institutionnelle des services à l’échelon régional et promeut de nouvelles méthodes d’organisation.Les 9 et 10 septembre 2010, la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (Datar) a organisé en partenariat avec la Gazette Santé Social un colloque à Arras (Pas-de-Calais) intitulé « Dynamiques territoriales de santé : quels enjeux ? quels outils ? ». Il a rassemblé les ministres de la Santé, de l’Espace rural et de l’aménagement du territoire, des préfets, des responsables d’administrations centrales, des directeurs d’agences régionales de santé, des élus locaux, des responsables associatifs et des chercheurs, pour étudier les conséquences de la loi HPST sur l’organisation territoriale de santé et présenter des initiatives innovantes et reproductibles.Notre dossier rend compte de ces débats dans leur intégralité. Le supplément « Actes de colloque » de la Gazette Santé Social du mois d’octobre est téléchargeable ici [PDF, 4,8 Mo].

Lire le dossier

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009

Un texte de référence. La loi n° 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la Sécurité sociale pour 2009 a été publiée au Journal officiel du 18 décembre 2008. De même que la décision du Conseil constitutionnel n°2008-571 du 11 décembre 2008 la concernant. Déficit. Après une correction des données macroéconomiques lors de la lecture au Sénat en raison de la crise financière, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2009 pose pour objectif de limiter le déficit du régime général à 10,5 milliards d’euros (dont 4,6 milliards d’euros pour la branche maladie et 5,3 milliards pour la branche vieillesse). En 2008, ce déficit devrait atteindre 9,3 milliards d’euros contre 8,8 milliards votés.Nouvelles mesures. Parmi les dispositions les plus marquantes notons l’instauration d’un «forfait social» sur la participation et l’intéressement notamment, la création d’un chèque transport, la revalorisation du minimum vieillesse et des pensions de réversion, la révision des conditions de départ à la retraite, le soutien au travail des salariés âgés, la modification des règles de regroupement des assistants maternels, la tarification à l’activité pour les Ehpad et l’extension des règles de substitution des génériques. Pour en savoir plusRetrouvez les objectifs de dépenses par branche ainsi que les 19 articles censurés par le Conseil constitutionnel dans le numéro de janvier 2009 de la Gazette Santé-Social. Raphaël Richard

Lire le dossier
1

Sida : la mobilisation continue

Les 1ers décembre se suivent et ne se ressemblent pas. A la mobilisation douloureuse des premières années, à la colère des militants, professionnels de la santé ou du social, patients ou citoyens, a succédé une forme de démobilisation contre laquelle il est important de lutter. Car le 1er décembre – journée mondiale de la lutte contre le sida – est le symbole de nombreuses luttes et d’acquis médicaux, éthiques ou sociaux.La figure toute puissante du médecin a été très vite battue en brèche par une épidémie éminemment ravageuse que nul ne comprenait. Très vite, les acteurs associatifs ont substitué à l’engagement traditionnel parfois ronronnant un véritable militantisme politique tout en percevant l’intérêt de travailler main dans la main avec la communauté soignante et les professionnels du secteur social. Le savoir a été partagé ; le patient impliqué, écouté et respecté. Cette épidémie a aussi mis en lumière d’insupportables discriminations dues aux modes de transmission du virus rendant nécessaire une attention, sans doute encore insuffisante, portée aux usagers de drogues, aux détenus, aux personnes prostituées… La loi protégeant les personnes contre les discriminations en raison de leur santé ou de leur handicap en 1990, la tenue des premiers états généraux du cancer en 1999, ou encore la loi, plus emblématique encore, du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, sont indéniablement issus des acquis de la lutte contre le sida. Les conditions de réalisation du test de dépistage, les modalités de l’annonce de la maladie, la recherche de l’adhésion au traitement, l’accompagnement social des plus vulnérables, le combat pour le maintien dans l’emploi, la réflexion autour de la fin de vie… ont posé des principes éthiques forts pour les professionnels. Ils constituent aujourd’hui des modèles reproductibles pour d’autres pathologies. Cette maladie a révélé et continuera de révéler tous les dysfonctionnements de notre système de soins, ceux de notre société dans la définition de son rapport à l’autre tout en interrogeant nos propres limites. «Concernés par le sida, nous sommes entraînés à la solidarité. Cette solidarité nous donne la confiance nécessaire pour continuer de regarder le sida en face et être assurés que nous ne nous détournerons pas», témoignait Jonathan M. Mann, directeur du programme mondial de lutte contre le sida en 1989. Plus de 20 ans après, nous sommes toujours concernés par le sida, l’évolution de l’épidémie, la nécessaire adaptation de la prévention, la précarisation croissante des personnes touchées, l’obligation de solidarité avec les étrangers ou encore la judiciarisation qui interroge la notion même de responsabilité, individuelle et collective. Autant de sujets développés dans ce dossier.Hélène Delmotte

Lire le dossier