La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Dossiers d'actualité santé social - Page 7

Dossiers
4

Réforme de la psychiatrie : soigner les patients ou protéger la société ?

La loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques autorise notamment les soins ambulatoires sans consentement et un contrôle par le juge. Vivement décrié par les professionnels, qui dénoncent une vision sécuritaire et anti-thérapeutique, le texte paraît en outre difficile à mettre en oeuvre. Ses modalités d’application sont disparates, comme en témoignent les premiers recours en justice.
L’évolution de la législation pose des questions douloureuses : la priorité est-elle de soigner un patient ou de protéger la société contre un hypothétique danger ? Le 6 octobre, le Conseil constitutionnel a apporté sa contribution au débat, en censurant la possibilité pour les maires de prendre une mesure de privation de liberté sur le seul fondement de la «notoriété publique».

«Et si une autre psychiatrie était possible ?», interrogeait la Gazette Santé-Social en septembre 2011. Une psychiatrie qui considère «les personnes malades comme des citoyens à part entière, qui ne les réduit pas à leurs troubles et leur donne une place dans la cité», pour reprendre l’expression de Marie-Noëlle Besançon, auteure, avec le psychiatre Bernard Jolivet, des Soins en psychiatrie, une affaire citoyenne (2011, éd. de l’Atelier).

Notre dossier fait le point sur ces questions juridiques et éthiques et propose des initiatives inédites pour mettre, enfin, un terme à la discrimination dont sont victimes les personnes souffrant de maladies psychiatriques.

Lire le dossier

Tirer partie des réclamations des usagers

Réclamations, plaintes, contentieux… les usagers se font entendre ! Pour autant, les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux sont-ils sur la sellette ? Non, car les courriers de réclamation, les procès et les affaires médiatisées restent infimes au regard du nombre de personnes prises en charge. Les lois du 2 janvier et du 4 mars 2002 en faveur des droits des usagers ont même contribué à apaiser une judiciarisation alors croissante, en ouvrant la voie à la conciliation et à l’indemnisation.

De fait, ces textes ont provoqué une révolution : ils ont donné une place aux représentants des usagers dans les institutions et reconnu le droit à l’information médicale. Bien qu’à ses prémices, ce bouleversement ne cesse de faire des vagues. La dernière en date : le rapport de Claire Compagnon sur la représentation des usagers dans les établissements de santé et médicosociaux, remis à la ministre des Affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, le 14 février.

Nombre d’établissements se sont pris au jeu : ils s’efforcent de favoriser l’expression des usagers, de respecter leurs droits, d’expliquer et de corriger les dysfonctionnements. Avec la volonté d’améliorer les relations entre les usagers et les professionnels, mais également la qualité des soins, ou de l’accompagnement. Le chantier ouvert est vaste.

Deux problèmes majeurs se posent cependant : la dispersion et la faible notoriété des dispositifs destinés à recueillir et à traiter les réclamations des usagers ; et des médiateurs peu sollicités, car souvent soupçonnés de partialité. La Belgique offre un modèle différent, qui mérite l’attention : là-bas, l’ombudsman, plus indépendant, se trouve au cœur du système d’écoute et de traitement des plaintes.

Lire le dossier

Grand âge : des idées pour recruter

Le vieillissement de la population française entraîne des -besoins croissants, et notamment de professionnels du grand âge. Malheureusement, le travail auprès des personnes âgées attire peu. Les Ehpad et les services d’aide à domicile peinent à recruter des auxiliaires de vie sociale, des aides-soignants, des aides médico-psychologiques, des infirmiers, des masseurs–kinésithérapeutes, etc.

Les préjugés ont la vie dure et beaucoup estiment que ces métiers exigent peu de compétences. Faux ! rétorquent les représentants d’un secteur en mal de valorisation sociale et salariale. Mais il est vrai que les salariés quittent souvent ces postes. Les causes sont multiples : manque de perspectives d’évolution, sous-effectif, stress, isolement propre au domicile, etc.
Malgré le remaniement ministériel, la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement est encore espérée pour cette année. Les propositions du Plan pour les métiers de l’autonomie, qui doit l’accompagner, sont globalement vues d’un bon œil par les professionnels. Mais le chantier est immense. Et l’aide à domicile est en crise. En outre, les questions, centrales, de la réduction de la pénibilité physique et de l’augmentation des salaires ne sont pas en passe d’être réglées.
En attendant, des gestionnaires d’Ehpad tentent de trouver des solutions : construire des outils pour anticiper les besoins de personnel et de compétences, améliorer le bien-être des salariés, redorer l’image du travail en Ehpad, etc.
Depuis longtemps confronté à ces enjeux, le Japon a mis en place une assurance dépendance distincte de l’assurance maladie. Et le gouvernement tente d’attirer les candidats dans ce secteur, grâce à un système fortement incitatif.

Lire le dossier