La Gazette Santé Social - Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Dossiers d'actualité santé social - Page 7

Dossiers
2

Crèches : des objectifs d'accueil ambitieux mais avec quels moyens ?

15060 Creche-de-Creteil_c_Agnes-Deschamps

Le taux de natalité français fait de nombreux envieux en Europe. Encore faut-il que cette vitalité démographique n’éloigne pas les mères du marché du travail. L’accueil du jeune enfant joue sur ce point un rôle crucial. En consacrant 4,6 milliards d’euros de dépenses supplémentaires entre 2013 et 2017 au fonds national d’action sociale (Fnas) qui finance cet accueil, le gouvernement affiche une politique de développement de l’offre d’accueil ambitieuse pour les moins de 3 ans. 100 000 places d’accueil collectif vont être créées aux côtés de 100 000 places chez les assistantes maternelles et de 75 000 places en école maternelle. Toute la difficulté réside dans la création de places là où elles font le plus défaut. Avec un écart d’un à neuf selon les départements, les inégalités territoriales sont criantes. Or, les besoins se font davantage sentir dans les zones moins riches. En parallèle, la Cnaf n’a cessé de durcir les conditions de financement des établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE), insistant pour que le service rendu soit le même partout, mais complexifiant l’accueil des publics les plus fragiles. Dans un contexte financier tendu, les élus hésitent à créer de nouveaux EAJE, les objectifs de 2013 n’ayant été tenus qu’à moitié. Conscient qu’une plus grande coordination des acteurs locaux devrait contribuer à rééquilibrer l’offre sur le territoire, l’État expérimente les schémas territoriaux de services aux familles, afin d’amener tous les acteurs de l’accueil de la petite enfance à s’accorder sur un diagnostic des besoins, et sur des objectifs de rééquilibrage. La Loire-Atlantique fait partie des premiers départements à le mettre en place, charge à la CAF de « vendre » des projets moins coûteux aux élus, et de lever leurs réticences. Pour répondre aux contraintes financières imposées par l’État, l’Association des collectifs enfants parents professionnels (ACEPP) innove et propose un accueil aux enfants de maternelle après la classe, afin d’accueillir davantage de familles. Mais, face à la baisse du nombre de nouveaux projets d’accueil, la Cnaf a dû lâcher du lest sur les financements, en augmentant de 25 % ses aides à l’investissement.

Lire le dossier
4

Réforme de la psychiatrie : soigner les patients ou protéger la société ?

La loi n° 2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques autorise notamment les soins ambulatoires sans consentement et un contrôle par le juge. Vivement décrié par les professionnels, qui dénoncent une vision sécuritaire et anti-thérapeutique, le texte paraît en outre difficile à mettre en oeuvre. Ses modalités d’application sont disparates, comme en témoignent les premiers recours en justice.
L’évolution de la législation pose des questions douloureuses : la priorité est-elle de soigner un patient ou de protéger la société contre un hypothétique danger ? Le 6 octobre, le Conseil constitutionnel a apporté sa contribution au débat, en censurant la possibilité pour les maires de prendre une mesure de privation de liberté sur le seul fondement de la «notoriété publique».

«Et si une autre psychiatrie était possible ?», interrogeait la Gazette Santé-Social en septembre 2011. Une psychiatrie qui considère «les personnes malades comme des citoyens à part entière, qui ne les réduit pas à leurs troubles et leur donne une place dans la cité», pour reprendre l’expression de Marie-Noëlle Besançon, auteure, avec le psychiatre Bernard Jolivet, des Soins en psychiatrie, une affaire citoyenne (2011, éd. de l’Atelier).

Notre dossier fait le point sur ces questions juridiques et éthiques et propose des initiatives inédites pour mettre, enfin, un terme à la discrimination dont sont victimes les personnes souffrant de maladies psychiatriques.

Lire le dossier