Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

COMITÉ D'USAGERS | 08/12/2014

« L’implication des usagers est l’occasion d’habiter les projets médicaux »

par Caroline Coq-Chodorge

Une association d’usagers est née au sein d’une maison de santé libérale, à Besançon. C'est une première en France. L’expérience désormais soutenue par l’agence régionale de santé devrait se diffuser car les professionnels sont convaincus.

Email Email

« Tout est parti d’un séminaire en Belgique sur les maisons de santé en 2009. Un atelier était consacré à la participation des usagers. Interpellé sur ce que nous faisions en France, j’ai répondu… rien ! Cela a été un choc », raconte Patrick Vuattoux, médecin généraliste et fondateur de la maison de santé Saint-Claude à Besançon (Doubs). C’est une structure pionnière du spectaculaire mouvement des maisons de santé pluridisciplinaires en France. En 2012, elle a de nouveau innové, en créant le premier comité d’usagers dans ce type de structure. Ce n’était pas évident.

« La première fois que j’ai parlé de ce projet à l’équipe, elle m’a découragé, explique Patrick Vuattoux. Elle craignait que les patients fassent de l’ingérence, qu’ils demandent des choses impossibles à satisfaire. » Le médecin a attendu qu’une opportunité se présente : ce fut l’installation d’un nouveau système d’information qui permet de repérer les patients qui n’ont pas réalisé leurs vaccinations, mammographie, etc. « Nous nous sommes demandé s’il fallait les informer en dehors de la consultation, en les contactant directement. L’équipe était divisée, j’ai suggéré de poser la question directement aux patients ».

Prix label patient 2012

C’est le point de départ de cette expérience de démocratie sanitaire, construite pas à pas, en trébuchant parfois. Cooptés par leurs médecins traitants, quinze usagers ont donné leur avis. Ce fut sans appel : tous souhaitent que leur maison de santé leur rappelle par courrier les principaux actes de prévention. Très vite, l’agence régionale de santé (ARS) décide de soutenir cette initiative, en lui accordant le prix label patient 2012 et une subvention de 1.000 euros. « C’est vraiment nouveau d’essayer d’impliquer des usagers en proximité, avec une approche globale de la santé. Les patients qui sont représentés dans les hôpitaux, les Ehpad, ont une vision médicalisée, liée à leur pathologie », explique François Baudier, directeur de la stratégie et du pilotage de l’ARS Franche-Comté.

L’expérience ne va pas en rester là. L’ARS finance la rédaction d’un guide pour accompagner les démarches participatives des maisons de santé : « il devait au départ s’adresser aux seuls professionnels de santé, puis il a été élargi à un public d’usagers », explique ­Élisabeth Piquet, chargée de mission sur ce projet. Ce guide cherche à répondre à quelques questions fondamentales : « Dans quel but faire participer les usagers ? Comment faire dialoguer experts et non-experts ? Quels sont les leviers et les freins de la participation ? », énumère Élisabeth Piquet. Le guide sera présenté au prochain congrès de la Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS), forte de ses 600 membres. Patrick Vuattoux a été « bombardé chef de projet de la démocratie en santé » au sein de la fédération. Il en est convaincu : « L’implication des usagers est l’occasion d’habiter nos projets médicaux, et d’avoir un retour sur notre travail : est-ce que notre offre colle réellement aux besoins ? »

Témoignage : « Je suis convaincue que nous pouvons apporter beaucoup »

Yvette Peseux, présidente de l’association des usagers de la maison de santé

Ce sont les médecins qui nous ont ouvert les portes de la maison de santé. Ils sont demandeurs d’un regard d’usagers sur leur fonctionnement. Je suis retraitée, je n’ai aucune expérience dans la santé, mais cela m’intéresse de faire le lien entre les professionnels de santé et les patients. Je découvre le fonctionnement d’une maison de santé, et je suis convaincue que l’on peut apporter beaucoup. Au départ, nous étions un groupe de quinze, puis nous nous sommes constitués en association. Nous ne sommes plus que six, car certains ont été découragés par les démarches à accomplir. Nous avons commencé par travailler sur la prévention, en participant à la conception de courriers types informant les patients lorsqu’ils sont en retard dans leurs vaccinations, leur mammographie, etc. Nous nous intéressons aujourd’hui à la gestion des rendez-vous non programmés. Nous avons élaboré une enquête de satisfaction, que nous sommes en train de distribuer aux patients. Nos urnes sont déjà pleines ! Et nous espérons convaincre d’autres usagers de nous rejoindre.


Chiffres Clés

• La maison de santé Saint Claude, à Besançon, compte dix professionnels de santé (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, psychologues, etc.).
• Fin 2014, il existe 640 maisons de santé pluriprofessionnelles en France. Il devrait y en avoir près de 1 000 fin 2015.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>