Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

[OPINION] SOCIAL | 26/06/2015

Travail social – « Redonner confiance aux experts du dernier mètre », Alexandre Moine

par La Rédaction
ALEXANDRE MOINE-professeur des universités en géographie à l’université de Franche-Comté DR

Après la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (Maptam) et la loi relative à la délimitation des régions, la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Notre), dernier volet de la réforme territoriale, sera examiné en deuxième lecture à l'Assemblée nationale le 29 juin. S’il semble a priori peu impacté, le secteur social doit s’interroger sur les effets de la réforme sur son champ d’action. Des mutations profondes dans les manières de penser et de conduire l’action publique sont en cours. Elles doivent conduire à sortir d’une approche institutionnelle de répartition des compétences pour prendre en compte la dimension territoriale et transversale des projets. Nous avons rencontré Alexandre Moine, professeur des universités en géographie à l’université de Franche-Comté et auteur de l'ouvrage « Travail social et territoire : concept, méthode, outils ».

Email Email

Penser l’action sociale et se référer au territoire n’est pas chose facile. On a, en effet, assisté au cours des années à une implication, toujours plus grande des travailleurs sociaux, dans le développement des territoires. Mais le glissement s’est quasiment fait à leur insu. En témoigne leur absence dans les débats lorsqu’il s’agit de planifier le développement local autour des plans de déplacements urbains (PDU), de définir les programmes locaux de l’habitat (PLH) ou encore de réfléchir à la cohérence en matière d’aménagement, au travers des schémas de cohérence territoriale (Scot).

Définir les contours du travail social

Et pourtant, ils sont les experts du « dernier mètre », celui qui, s’il est correctement pris en compte, permet de mettre en place le projet d’insertion pour une famille monoparentale, l’accès à l’autonomie d’une personne handicapée ou encore le maintien d’une personne âgée à son domicile. Malheureusement, si l’exercice du diagnostic (territorial) est partie intégrante des fiches de poste des travailleurs sociaux, sous des libellés à géométrie variable, si l’analyse des besoins sociaux (ABS) est incontournable, force est de constater que les travailleurs sociaux peinent à en définir les contours.

Ceci n’est finalement pas une surprise, et tient à leur difficulté à appréhender le territoire dans ses cinq dimensions essentielles, à structurer leur expertise et à interpeller les cadres techniques et politiques. Dans ce contexte, le travail social apparaît toujours comme étant « à l’épreuve du territoire », ce qui renforce indubitablement les blocages qui génèrent de « l’impensé territorial ». Il faut inverser la logique, il faut affirmer que le travail social est partie intégrante du développement local, et envisager le territoire dans sa complexité. Il s’agit, en définitive, d’aider et de former les travailleurs sociaux afin qu’ils soient capables d’appréhender les réalités de terrain en révélant les lieux, les liens et les temporalités qui animent l’action.

Travail social : le garant de la cohésion de nos sociétés

Il s’agit donc de redonner confiance aux experts du dernier mètre, de les amener à fabriquer eux-mêmes leurs diagnostics, à les réactualiser et à les partager au sein de leurs équipes, avec les autres cadres de l’aménagement du territoire et avec les habitants. Trois chantiers importants sont l’occasion de cette prise de conscience, les États généraux du travail social (EGTS), la nouvelle architecture des diplômes d’État en travail social et la mise en place de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (Maptam). Gageons que nous entrons dans une nouvelle ère… qu’un nouveau regard va permettre de donner enfin la place qui lui convient au travail social, garant plus que jamais de l’indispensable cohésion de nos sociétés démocratiques.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>