Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Santé mentale | 28/12/2016

À Cadillac, l’action culturelle fait tomber les barrières du soin

par Rouja Lazarova
culture-hôptial-CH_Cadillac-UNE © CH_Cadillac

Le centre hospitalier de Cadillac, en Gironde, expérimente depuis 2009 le recours à l’expression culturelle pour redonner confiance aux malades et mieux faire travailler les services ensemble.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

L'accès à la culture à l'hôpital, un droit à promouvoir

voir le sommaire

À la veille de la représentation, elle n’y croit toujours pas. Fabienne Dubois, infirmière à l’unité de gérontopsychiatrie ambulatoire du centre hospitalier (CH) de Cadillac, va monter sur la scène du Rocher de Palmer à Cenon, aux côtés des patients, pour jouer devant 650 personnes dans « Les Voix de Babel », un spectacle multidisciplinaire qui mêle chants, percussions et théâtre. « J’avais trois personnes de mon unité. Atteintes de troubles démentiels, elles n’ont aucune mémoire, incapables de retenir un texte ou une indication. Puis, ça a fonctionné ! Elles ont joué très spontanément, en improvisant. C’était miraculeux ! ».

Vaincre ses peurs

Pendant un an, une trentaine de patients de différentes unités du CH de Cadillac, hospitalisés ou en ambulatoire, et six professionnels de santé, ont travaillé sous la direction du metteur en scène Jean-Marie Broucaret, directeur du théâtre des Chimères de Biarritz. Ils ont participé à l’atelier de chant choral orchestré par Dee-Ann Sakaria. À l’approche de la représentation, ils ont fait des répétitions générales avec les jeunes de la résidence de jeunes travailleurs « Génilor » de Lormont.

« Le principe était de faire tomber les barrières du soin. Cela a fait évoluer notre regard sur nos patients. Nous leur avons trouvé des capacités que nous ignorions. Nous avons vaincu nos propres peurs. Voir nos patients heureux, c’est une telle récompense ! », témoigne Fabienne Dubois. Elle s’est beaucoup investie dans le projet. « C’est un vrai engagement, mais cela m’a apporté beaucoup ! Si je devais donner le double de mon temps personnel, je le ferai. »

Projet culturel

La démarche Culture et santé a été impulsée en 2009 par le directeur de l’époque, et inscrite dans le projet d’établissement. « Nous avons constitué un comité culturel de vingt-cinq personnes, représentatif des grands services et de tous les corps de métiers. Nous avons élaboré un projet culturel pour la période de 2010 à 2014, qui a été prolongé jusqu’à aujourd’hui », témoigne Michel Allemandou, chargé de mission Culture et santé (1).

Le comité se réunit quatre fois par an pour discuter de la programmation future, et évaluer les actions réalisées. Michel Allemandou est à l’interface entre les services hospitaliers, les artistes ou les structures culturelles, et les partenaires financiers que sont l’agence régionale de santé, la direction régionale des affaires culturelles, et le conseil régional.

Conventions

Le budget annuel s’élève à environ 60 000 euros, dont 35 000 euros financés par l’hôpital. Le centre hospitalier a signé des conventions avec le Musée des beaux-arts de Bordeaux, le Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine pour organiser des sorties culturelles de ses patients et de son personnel. Entre résidences d’artistes, expositions, sorties culturelles, café-rencontres, une cinquantaine de projets culturels animent et rythment la vie de l’établissement de santé mentale.

« La culture permet de décloisonner l’établissement à l’intérieur » – Michel Allemandou, chargé de mission Culture et santé au CH de Cadillac

« Les projets Culture et santé permettent d’abord de reconnaître le droit à l’émotion des patients. Ils redonnent le statut de sujet à ces personnes en souffrance psychique ponctuelle ou structurelle, que les soignants et les citoyens ont tendance à considérer comme objets. Les malades construisent une autre image d’eux-mêmes, gagnent de la confiance. La culture permet de décloisonner l’établissement à l’intérieur, car les différents pôles et services sont amenés à travailler ensemble en transversalité. Elle fait également tisser des liens entre l’hôpital et la cité, et contribue à destigmatiser la maladie mentale. Lorsque nous avons présenté le spectacle de danse au Château de Cadillac, les médecins ont découvert leurs patients sous un autre jour. Nous avons du mal à en évaluer scientifiquement l’impact mais ce qui est certain, c’est que l’art accède à une identité sensible et intellectuelle très profonde de l’individu. »

Note (01)

Contact : Michel Allemandou, 05 56 76 54 54 - Retourner au texte


Chiffres Clés

  • 1 300 agents.
  • 50 structures de soins ambulatoires et d’unités d’hospitalisation réparties sur un territoire qui va de Bordeaux jusqu’au Sud Gironde.
  • 3 pôles adultes (521 lits d’hospitalisation).
  • 15 centres médico-psychologiques.
  • 1 pôle de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (16 centres de consultation, 9 structures d’accueil à temps partiel, 7 lits d’hospitalisation pour adolescent).
  • 1 pôle de psychiatrie médico-légale.
  • 1 unité pour malades difficiles (86 lits).
Thèmes abordés

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>