Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Vieillesse | 29/12/2016

À l’Ehpad « La Montagne », les résidents se transforment en artistes

par Rouja Lazarova
Trompette-cuivres-UNE © Karl_Lugmayer-Fotolia

Devenu Ehpad en 2009, « La Montagne » à Châtillon-sur-Chalaronne, dans l'Ain, perd l’accès au dispositif culture à l’hôpital. Mais la volonté de poursuivre est plus forte que les obstacles.

Email Email

Cet article fait partie du dossier:

L'accès à la culture à l'hôpital, un droit à promouvoir

voir le sommaire

«Un établissement de vie où l’on soigne et non un établissement de soins où l’on vit », tel est la devise de l’établissement d’hébergement de personnes âges dépendantes (Ehpad) « La Montagne ». C’est en lien avec cette philosophie que la direction s’efforce depuis 2007 d’introduire la culture dans ses résidences. « Parce que la culture, c’est la vie », résume le directeur, Damien Bruggeman (1). À l’époque, La Montagne, hôpital local, pouvait bénéficier du dispositif « Culture à l’hôpital ». Mais en 2009, ayant été transformé en Ehpad, il perd cette possibilité.

Grâce à sa convention avec l’association culturelle L’Académie de cuivres en Dombes, l’Ehpad poursuit ses projets, intitulés « L’Écho de la Montagne. Saisons d’inclusions culturelles ».

2 000 euros par an pour la culture

Tous les ans, 2 000 euros sur un budget global d’environ 13 000 euros sont investis sur des initiatives culturelles, financées par la ville de Châtillon-sur-Chalaronne, la communauté de communes, la ville de Dombes, le conseil départemental de l’Ain, le conseil régional, et la Drac. Un comité de pilotage, associant les représentants de l’Ehpad et de la structure culturelle élabore la programmation. « Nous amenons des idées, nous en discutons avec Philippe Constant, directeur de l’Académie de cuivres en Dombes. Il recherche ensuite les artistes », confie Kristenn Sourdin, animatrice et référente de Culture et santé à La Montagne. Elle rédige également les rapports d’évaluation des actions pour le comité de suivi. Elle consacre 30 % de son temps aux projets culturels.

Réalisation d’un documentaire par les seniors

En 2015, les résidents ont ainsi pu participer à la réalisation de deux clips musicaux avec la vidéaste Hélène Poté, à partir des chansons « À bicyclette », d’Yves Montand, et « Toi + Moi » de Grégoire Boissenot. Chacun a joué des rôles différents : le cadreur, l’assistant à la mise en scène, les comédiens… « Les résidents étaient fiers quand on a projeté les clips, et les proches ont été ravis de découvrir leurs parents transformés en artistes », confie Damien Bruggeman.

Le succès a été tel que les personnes âgées ont souhaité poursuivre le travail avec la vidéaste. Cette année, ils réalisent un documentaire sur la vie dans l’Ehpad, qui sera mis en ligne sur le site de l’établissement.

Liberté d’expression

« Le directeur a un vrai courage car il donne une liberté d’expression totale à ses résidents. Il prend le risque d’entendre des critiques, mais il assume », se réjouit Philippe Constant. Lui a une préférence pour l’atelier de Land Art de l’été 2016, au cours duquel les résidents ont construit des nids d’oiseaux, flottant sur le bassin d’eau du jardin. Depuis 2016, la Drac, l’ARS et le conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes ont ouvert leur convention « Culture et santé » au secteur médicosocial. La Montagne pourra désormais s’y inscrire.

« Les soignants ont appris à faire confiance aux résidents » – Damien Bruggeman, directeur de l’Ehpad La Montagne

« Les projets culturels interrogent le personnel sur leurs pratiques. Par exemple, l’atelier de mosaïque, animé par Isabelle Lacau à l’unité Alzheimer, effrayait tout le monde. Voir ces personnes malades armées de marteaux… Si quelqu’un se blessait ? Et pourtant, ce fut un succès. Les soignants ont dépassé leurs peurs, et ont appris à faire confiance aux résidents. La danseuse finnoise Riikka Kosola nous a également surpris avec son atelier de danse sur chaise à l’unité Alzheimer. Cette activité a produit un apaisement, très important pour les personnes atteintes de cette maladie. Nous travaillons aussi à l’ouverture vers l’extérieur. Les élèves de CM1 de l’école Saint-Charles nous ont rejoints pour les ateliers de musique brésilienne, y compris lors de la représentation finale. Toutes ces activités rythment le temps, qui peut parfois être long dans une maison de retraite ».

Note (01)

Contact : Damien Bruggeman, 04 74 55 00 44. - Retourner au texte


Chiffres Clés

  • 4 résidences : les Rosiers, Louise, les Étangs et la Montagne.
  • 220 personnes accueillies, dont 14 en unité protégée Alzheimer.
  • 200 agents (167 équivalents temps plein).
Thèmes abordés

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>