Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Baromètre CCAS 2013 | 05/09/2013

« Nous avons besoin d’un appui plus important » – Alain Seugé, président de la Fédération française des Banques alimentaires

par Hélène Delmotte
Email Email

Cet article fait partie du dossier:

Baromètre CCAS 2013 : Pas de sortie de crise pour l'action sociale

voir le sommaire

Quelle a été votre réaction à la lecture des résultats de l’édition 2013 du baromètre de l’action sociale ? Avez-vous été surpris ?

Non car en 2011, la Fédération française des Banques alimentaires a aidé 750 000 personnes et en 2012, ce chiffre est monté à 820 000. D’autre part, les témoignages de terrain confirment cette hausse significative de la précarité dans notre pays. Les familles monoparentales sont les plus touchées et nous constatons également une progression des demandes en milieu rural. Les facteurs à l’origine de la demande d’aide alimentaire sont le chômage, les problèmes de santé ou une séparation. Nous travaillons avec plus de 1 000 centres communaux d’action sociale (CCAS). Ce sont nos premiers partenaires, aux côtés de la Croix-Rouge française. Les résultats relatifs à la santé confirment également nos observations : la prévalence de certaines pathologies – comme le diabète et le cholestérol par exemple – est deux fois plus importante chez les publics que nous aidons que dans la population en général.

Quel a été le volume de l’aide alimentaire en 2012 ?

Elle a représenté 10 kilos de nourriture par personne et par mois. Cela représente par exemple 100 euros mensuels d’aide pour une personne seule avec deux enfants. Ce complément aux aides financières est donc loin d’être négligeable. En 2012, les CCAS ont reçu 14 600 tonnes des Banques Alimentaires.

Comment avez-vous accueilli le plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale ?

C’est le fruit d’un très beau travail, même si la question alimentaire a été quelque peu escamotée. Il faut remettre l’alimentation au centre des problématiques d’accompagnement. La Fédération française des Banques Alimentaires veille à offrir un choix de produits plus conforme à une bonne hygiène de vie et à mettre en place un accompagnement alimentaire qui participe au processus d’autonomie et de respect de soi de la personne aidée. L’alimentation est un important levier de réinsertion. C’est souvent le premier vecteur de sociabilité.

Quelles sont vos attentes ou revendications pour améliorer la distribution de l’aide alimentaire ?

La lutte contre le gaspillage pourrait être accentuée. Beaucoup de denrées ne peuvent pas être récupérées, faute de moyens, en termes de logistique ou de transformation des aliments. Nous avons donc besoin d’un appui plus important en amont, en matière de transport par exemple. Par ailleurs, les lieux de distribution pourraient être encore beaucoup plus accueillants et offrir un accompagnement sanitaire aux personnes aidées. J’invite donc les communes à mettre à disposition des CCAS et des associations des locaux plus dignes permettant de créer du lien social, autour d’ateliers de cuisine par exemple.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>