Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Politique de la ville | 26/03/2019

Les maires de banlieue regrettent l’occasion manquée du plan Borloo

par Eric Larpin
immeuble © Milphoto-AdobeStock

Les maires de banlieue ont la foi dans la défense des valeurs républicaines et ils montrent un attachement indéfectible à leur territoire, dont ils sont élus depuis parfois plus de vingt ans. Lors d’une conférence, des élus de la banlieue parisienne ont déroulé leurs constats et exprimé leurs inquiétudes, à un moment où la politique de la ville fête ses 40 ans et où le gouvernement cherche encore sa politique tournée vers les banlieues, après un plan Borloo avorté.

Email Email

Les maux de la banlieue ont pour nom, chômage, pauvreté, logements dégradés, enclavement géographique. Des quatre élus qui ont témoigné lors de la conférence organisée par Sciences Po Paris à l’Hôtel de l’industrie sur le thème « Banlieues des territoires à part ? », Nadia Hai, députée de Trappes, a été la plus positive, en voyant le verre à moitié plein.Selon elle, la politique de l’ANRU a maintenu les quartiers à flot et voit désormais sa politique relancée, notamment vers les copropriétés dégradéesStigmatisés au regard de l’emploiLa députée juge aussi que les nouvelles politiques de l’emploi sont porteuses d’espoirs : création des emplois francs, réforme de la formation professionnelle, installation de l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Mais concède Nadia Hai, « les habitants des banlieues demeurent stigmatisés au regard de l’emploi. À Trappes, nous appartenons à l’Agglo de Saint-Quentin, mais leurs …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>