Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Pédagogie | 17/09/2019

Plan mercredi : une ambition contrariée

par Jean-Dominique Delaveau
enfant pas content © BrunoBarillari-AdobeStock

Mi-juin 2019, 2 154 plans mercredi ont été signés, couvrant 4 242 communes. Ce substitut censé compenser la fin des activités périscolaires dans les communes repassées à la semaine de quatre jours prolonge une conception territoriale et partenariale de la coéducation désormais institutionnalisée et sans doute irréversible. Il connaît cependant les mêmes limites que les dispositifs précédents (PEL, PEDT) et une lente montée en charge, notamment en milieu rural.

Email Email

Quand Jean-Michel Blanquer a dévoilé en juin 2018 le Plan mercredi, son « ambition éducative pour tous les enfants » était grande : « le Plan mercredi fédère tous les acteurs. Associations et établissements culturels (bibliothèques, musées, conservatoires, etc.), associations sportives, fédérations d’éducation populaire, sites naturels (parcs, jardins, fermes pédagogiques) vont joindre leurs énergies pour proposer aux enfants une offre périscolaire riche et diversifiée. Sport, culture, nature, activités manuelles et numériques contribueront à leur épanouissement. Avec le Plan mercredi, nous repensons les temps de l’enfant dans leur globalité, en articulant mieux les temps scolaires, périscolaires et extrascolaires ».Les PEDT confortésEn fait, dès lors que l’aménagement du temps scolaire sur quatre jours et demi cessait d’être la norme, il fallait surtout offrir un nouveau cadre aux activités périscolaires. À la rentrée 2018 …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>