Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Vieillissement | 26/02/2020

Aide à domicile : l’UNA réclame des actes

par Christelle Destombes
aide à domicile © Photographee.eu-AdobeStock

L’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles pointe une dégradation de la situation des établissements de service à domicile et déplore l’absence de vision politique de la question de l’autonomie. Constatant l’émergence de ''déserts de l’accompagnement médico-social'', elle souhaite une loi Grand âge et autonomie ''ambitieuse, d’anticipation et financée'' et une revalorisation des grilles salariales dès 2020.

1 Email Email

Pour sa deuxième année, l’enquête menée par Opinion Way (1) auprès de 266 directeurs de services d’aide à domicile adhérents à l’UNA, montre une dégradation de la situation : en 2019, une nouvelle demande d’accompagnement sur cinq n’a pu être prise en charge intégralement, 7 % des dossiers ont été annulés, 5 % reportés. De plus, 65 % des structures constatent des ruptures de prise en charge (diminutions ou interruptions des prestations), avec là aussi, une détérioration notée par les répondants.

L’UNA

L’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA) est une fédération à but non lucratif créée en 1970. Mouvement associatif militant, syndicat d’employeurs, réseau d’associations, mutuelles, fondations, services publics territoriaux (CCAS/CIAS) et hospitaliers, l’UNA regroupe 730 adhérents, employant 76 000 salariés.

Revaloriser les salaires

Pour un tiers des structures interrogées, c’est le manque de personnel qui est en cause. Elles ont pourtant tenté de recruter : 96 % d’entre elles ont ouvert des postes en 2019, restés vacants pour les deux tiers… La raison, selon les directeurs des services : les faibles rémunérations (93 %) et les conditions de travail difficiles (87 %). La revalorisation salariale est donc la première solution à mettre en œuvre pour 97 % des directeurs de structures, devant la meilleure tarification des services d’aide à domicile (92 %), la communication sur les métiers auprès des jeunes et du grand public (81 %) ou le décloisonnement des secteurs sanitaire et médico-social (59 %).

Convention collective et conférence salariale

Ces mesures sont au cœur des revendications de l’UNA, qui estime que le secteur compte deux salariés sur dix en-dessous du seuil de pauvreté. En attendant la conférence salariale qui s’ouvre le 27 février, un avenant à la convention collective de branche est présenté dans les prochains jours, pour revaloriser les salaires. L’ancienneté serait sortie du salaire de base, l’automaticité du lien entre diplôme et emploi supprimée, tout en donnant une plus grande importance à la qualification. La branche estime le coût de la refonte des grilles à 600 millions d’euros, soit entre 14 et 16 % d’augmentation de la masse salariale. « Nos salariés font partie des Gilets jaunes », a déclaré Guillaume Quercy, qui estime le temps venu de passer aux actes, après deux ans de concertation et l’empilement des rapports sur la question.

Programmer les dépenses

La refonte et la réévaluation de la tarification des services d’aide à domicile en découle, alors que le coût horaire est passé en moyenne de 23,73 euros à 24,15 euros. Pour l’UNA, il s’agit de mettre en place un tarif national socle via l’APA (en moyenne à 21 euros), « garant d’une équité territoriale », complété par un abondement des ARS, pour aboutir à un tarif horaire réaliste de 27 euros. Alors que la CNSA tient ce jour un séminaire sur le financement des politiques pour l’autonomie, l’UNA espère une programmation à long terme, à l’instar des lois de programmation militaire.

Réformer la gouvernance

Outre le financement, la réforme de la gouvernance est toujours appelée de ses vœux par l’UNA : la coexistence de deux pilotes, les ARS et les départements, rend le cap difficile à tenir. Les ARS devraient pouvoir piloter l’ensemble des services d’accompagnement, et les départements être les garants d’une bonne évaluation et dispensation des prestations. Une MDPH élargie pourrait être une solution, avec une gouvernance plurielle associant l’ensemble des parties prenantes. « Dans une France décentralisée, la réponse ne peut se construire que si un dialogue se fait au niveau territorial », a souligné Guillaume Quercy.

« Un signe politique encourageant »

Olivier Véran a consacré son premier déplacement ministériel au secteur de l’aide à domicile. « Un signe politique encourageant », selon Guillaume Quercy, qui se méfie des effets d’annonce. Alors que le ministre a augmenté de 20 millions d’euros l’enveloppe consacrée par le CNSA au soutien du secteur du domicile en 2020, l’UNA pointe que le précédent appel à candidatures doté de 50 millions d’euros sur la réforme du financement n’a pas produit tous ses effets. Selon une étude qu’elle a réalisée, trente-huit départements ne se sont pas saisis de la démarche. Sur les vingt-quatre appels à candidature, un seul « respecte tant le décret que la réglementation générale au regard de sa précision quant aux objectifs poursuivis, à l’analyse des besoins du territoire et à la précision du cadrage financier ». Bref ! Persévérant et ferme, Guillaume Quercy attend des actes « pour relever le défi démographique, sanitaire et sociétal du vieillissement ».

Note (01)

Enquête réalisée auprès de 226 directeurs de structures adhérentes à l’Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles (UNA), questionnaire auto-administré en ligne, du 19 octobre au 5 décembre 2019 - Retourner au texte

publier un commentaire

Réagissez à cet article

  1. titre ADVF passé nous commençons à travailler pour le ccas sans contrat de travail depuis 3 semaines. Nous venons d’apprendre que nous ne serons payés que dans 2 mois !!! pas de temps de déplacement entre les usagers nous prenons 5 mns sur l’un et 5 mns sur le suivant. Les interventions multiples de 30 mn durent 20 mns avec le risque de maltraitance que cela peut entrainer. une indemnité ridicule de 200 euros par ans pour le carburant de notre véhicule. Quel manque de considération pour les usagers et les employés ! je suis dégoutée alors je m’en vais travailler ailleurs.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>