Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Santé | 24/12/2020

Un camion itinérant pour sensibiliser à la santé environnementale

par Solange de Fréminville
santé fruit stéthoscope © New_Africa-AdobeStock

Des ateliers ludiques se sont déroulés à l’entrée d’une vingtaine d’établissements de santé d’Occitanie sur des thèmes tels que la nutrition, les écogestes, la prévention des maladies. Une action rééditée pour prévenir l’épidémie de Covid-19.

Email Email

Savez-vous ce que contient un plat préparé ? Un produit nettoyant ? Un gel douche ? Un biberon en plastique ? Ces questions, Marion Campion (1) les a posées des dizaines de fois dans les ateliers ludiques qu’elle a animés à l’entrée d’établissements de santé, en Occitanie, au cours de l’été 2019. Pour sensibiliser aux multiples risques auxquels chacun est exposé quotidiennement, avec un impact insidieux et souvent grave sur la santé.

« Il s’agit de faire de la prévention en santé environnementale à la fois auprès des professionnels, des patients et des visiteurs », souligne la conseillère en développement durable de Primum non nocere, filiale du Comité développement durable en santé (C2DS) à qui l’agence régionale de santé (ARS) d’Occitanie a confié cette opération (2).

Ateliers thématiques

Avec des collègues, elle est partie sur la route dans un petit camion décoré, avec à l’intérieur tout le matériel nécessaire pour installer un stand en plein air sous un barnum devant l’établissement, ou à l’intérieur. À chaque étape, ils ont animé, le temps d’une journée, des ateliers sur six thématiques : la nutrition, les risques chimiques, les écogestes en santé environnementale, le plastique, les moustiques tigres et la légionellose. « En allant vers les gens lors d’actions ponctuelles, on est plus efficace qu’en créant des lieux d’information dans lesquels le public va très peu », estime Olivier Toma, dirigeant de Primum non nocere et administrateur du C2DS.

C’est d’autant plus utile que les risques sont le plus souvent invisibles et mal connus. « On leur demande : utilisez-vous beaucoup de plastique ? Les gens répondent ‘‘non’’ », s’amuse Marion Campion. Ils repèrent alors ce qu’ils utilisent au quotidien, flacons de gel douche, bouteilles et sacs en plastique, etc. Mais ils découvrent aussi que des alternatives existent : pains de savon, gourdes en inox, sacs en tissu… Même démarche sur la nutrition. En s’amusant à deviner la composition d’un produit ultra-transformé, il est possible de repérer des sucres cachés, des additifs chimiques, etc. Sur les produits d’hygiène, l’exploration est aussi instructive. Étiquettes et labels cachent souvent des composants à risque. Le tout est de connaître les rares labels fiables.

Participatif et ludique

Cette action itinérante a permis d’aller aux quatre coins de l’Occitanie, dans une vingtaine de petites communes comme Saint-Chély-d’Apcher (Lozère), Le Vigan (Gard), Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), et quelques villes moyennes, Sète et Béziers (Hérault), ­Montauban (Tarn-et-Garonne), etc., en touchant à chaque étape quelques dizaines de participants. Forte d’un taux de satisfaction de 75 %, l’ARS a décidé de réitérer l’opération au cours de l’été 2020, mais pour sensibiliser les vacanciers, sur le littoral, aux précautions à prendre pour se protéger du Covid-19 en plus des dangers habituels (canicule, drogues, infections sexuellement transmissibles, moustiques tigres…). Une action de prévention sur le même modèle, participatif et ludique.

DRLaurence Fontenelle, responsable qualité, gestion des risques, développement durable du centre hospitalier de Lamalou-les-Bains (Hérault)

« Les messages sont accessibles et percutants »

« Le camion santé a passé une journée sur le parking de l’hôpital et accueilli dans ses ateliers des patients, des représentants des usagers, des professionnels, des curistes des thermes voisines…, au total une soixantaine de personnes. Ces ateliers sont à la portée de tous. Les messages sont accessibles, clairs, percutants et très positifs. Presque tous ceux qui y sont allés m’en ont parlé et en ont été très satisfaits. Cela conforte notre démarche de développement durable engagée depuis près de dix ans, nos actions de prévention concernant les perturbateurs endocriniens et tous les risques liés aux produits chimiques, par exemple dans l’hygiène et les soins. Une incitation financière à l’amélioration de la qualité (Ifaq) sur la santé environnementale nous aiderait à progresser plus vite. »

Note (01)

Contact : Marion Campion, conseillère en développement durable de Primum non nocere : marion.campion@agenceprimum.fr - Retourner au texte

Note (02)

Territoire : Occitanie. Public : professionnels et usagers d’établissements de santé dans une vingtaine de communes différentes ; et tout public dans le cœur de ville de Béziers. - Retourner au texte

Thème abordé

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>