Site d’information destiné aux acteurs sanitaires et médico sociaux

Contentieux | 22/01/2021

La légalité d’un arrêté de péril imminent s’apprécie à la date du jugement

par Léna Jabre
Email Email

Un maire a pris un arrêté au titre de la procédure de péril imminent prévue par l’article L.511-3 du code de la construction et de l’habitation (CCH), pour ordonner l’évacuation, dans un délai de cinq jours, d’un immeuble dont elle a mis en demeure la société propriétaire de réaliser, dans un délai de quinze jours, les travaux jugés nécessaires pour garantir la sécurité publique. Par un second arrêté pris sur le même fondement, le maire a ordonné l’évacuation sans délai de l’immeuble. La commune se pourvoit en cassation contre l’arrêt …

Déjà abonné

Se connecter

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>